Le naufrage du parti travailliste d’Israël

Elie Barnavi, ancien ambassadeur d’Israël, défend dans un article du magazine « Regards » son point de vue à propos de la  décision du parti travailliste  Avoda  de placer Ibtisam Mara’ana en septième position sur la liste des candidats-députés en vue des élections législatives.

Mara’ana est une Israélienne arabe, réalisatrice de cinéma, enseignante, militante féministe et antisioniste. Barnavi précise qu’elle est mariée à un Juif, comme si cela devait exclure l’idée quelle pourrait être antisémite.

En 2008 Mara’ana déclarait au cours d’une interview avec un journaliste du quotidien israélien « Globes »  qu’elle aurait aimé écrire un scénario où elle imaginerait la destruction de la ville de  Zikhron Ya’akov[1] et expédierait ses habitants en Pologne. Elle ajoutait dans un même souffle que les Juifs sont un peuple lâche, cupide et dominateur.

Mara’ana est notoirement opposée à l’Etat du peuple juif tel que défini dans la Déclaration d’Indépendance d’Israël. C’est fidèle à cet esprit qu’elle estime ne pas être tenue de respecter la mémoire des soldats de Tsahal morts au champ d’honneur. En 2012 elle déclarait que quand retentit la sirène de commémoration une fois par an, et que les automobilistes sortent de leur véhicule pour se tenir debout en signe de recueillement, elle continue de rouler et dit éprouver de la jubilation à être seule à poursuivre son chemin. Barnavi estime que  Mara’ana a changé d’avis depuis, puisqu’elle invoque ces jours-ci « une erreur de prime jeunesse ». Mais comme elle avait 37 ans à cette époque cela  ne correspond pas vraiment à la notion de « prime jeunesse ». Elle était au contraire déjà une militante politique mure, et consciente de la portée de ses propos.

Barnavi affirme qu’à l’annonce de la position de Mara’ana  sur la liste du parti travailliste « la droite a aussitôt introduit une requête auprès de la Commission électorale pour lui interdire de se présenter aux élections ». Difficile de déterminer si Barnavi se trompe ou s’il induit sciemment ses lecteurs en erreur, mais le fait est que cette pétition a été déposée par la gauche, notamment  par Maozia Segal, ancien combattant  et membre du parti travailliste, ainsi que par d’autres membres qui objectent à la candidature de Mara’ana pour des raisons d’ordre éthique. C’est dans un deuxième temps seulement que d’autres demandes d’annulation ont suivi la gauche.

Je suis en faveur de la liberté d’expression dans son acception la plus large. J’estime donc que Mara’ana a le droit de détester les Juifs, les cyclistes, les chiens et les chats, et quiconque qui ne lui revient pas. Elle a aussi le droit de penser que les Juifs doivent retourner en Pologne  et que la planète se porterait mieux sans eux. Mais le scandale est ailleurs : indépendamment des opinions politiques de tout un chacun, il est indécent pour un des partis fondateurs du projet sioniste  de pousser vers la Knesset une militante opposée au principe même de l’Etat juif. Le fait que Mara’ana se soit excusée suite à la demande d’annulation de sa candidature est cousu de fil blanc et n’est pas crédible eu égard à la coïncidence avec le calendrier électoral.

Cela ne signifie pas que l’on ne puisse jamais revenir sur ses propos, ni changer d’avis, ni faire amende honorable. Chacun  a droit à l’erreur.  Mais si Mara’ana s’était excusée avant de prétendre siéger à la Knesset et avait milité de manière durable dans un parti sioniste c’eût été différent. Maintenant le fait est là : Mara’ana a réussi son coup politique, mais le parti de Ben Gourion, de Levi Eshkol, d’Itzhak Rabin, de Golda Meïr, de Moshe Dayan et de tant d’autres héros d’Israël s’est déshonoré par la même occasion.

Quant à Elie Barnavi, personnalité et intellectuel respectable, il ne devrait pas soutenir l’insoutenable au nom de l’idée qu’il se fait de la gauche israélienne. Celle-là mérite mieux qu’Ibtisam Mara’ana.

[1] Zikhron Ya’akov a été fondée au 19ème siècle par une centaine de pionniers venus de Roumanie. C’est une des premières agglomération de la mouvance sioniste.

9 réflexions sur « Le naufrage du parti travailliste d’Israël »

  1. Je partage complètement votre avis.
    Si c’est ça la gauche travailliste……

    Sara nathan

  2. La gauche israélienne c’est tellement fourvoyée, déconsidérée et appauvrie qu’elle a besoin de tous les rogatons pour tenter d’éviter de se ridiculiser.
    Quant à Barnavi, nul ne s’étonne de ce genre de position, c’est son fond de commerce depuis tellement longtemps.

  3. Tout à fait d’accord avec ton point de vue.
    C’est Elie Barnavi que j’ai connu comme ambassadeur D’Israel en France qui est le personnage le plus abject dans cette triste histoire.
    Barnavi n’est plus un intellectuel respectable mais un intellectuel opposant objectif de notre pays dont la pensée pervertie alimente la détestation de la gauche internationale pour le sionisme et Israël . Sa haine de soi de sa part juive aurait pu servir de modèle à Theodor Lessing.

  4. On attend maintenant un même cri d’horreur à l’encontre de Ben Gvir et consort qui soutient assassins et agresseurs d’arabes et que Netanyahu pousse à la Knesset.
    Il sera peut-être ministre …

    Si la cour suprême ne l’a pas invalidée, il y a peut être une raison….

    1. Tout à fait d’accord.
      Et ajouter les haredim qui ignorent les sirènes de yom hazikaron ,beaucoup sont franchement antisionistes mais des alliés « respectables « du likoud

    2. Rozenkier doit être un nom arabe ou au moins un révisionniste juif honteux pour oser comparer une terroriste arabe en puissance et la crème du peuple juif.
      Ben Gvir mérite tout notre respect et nos votes, car lui est un véritable sioniste, refusant tout compromis avec les envahisseurs arabes quand l’intégrité de la terre de nos ancêtres et de celle de nos enfants est en jeu.

    3. La cour suprême a des critères légaux pour évaluer une candidature à la Knesset. Ce n’est pas cette question-là que je soulève. Il s’agit de s’interroger sur la démarche du parti travailliste qui met sur sa liste électorale une personne opposée au caractère juif de l’Etat d’Israël, alors que cela fait partie de la raison d’être de ce parti. Il y là une incohérence. C’est comme si le parti Shass mettait sur sa liste un athée. Ce ne serait pas invalidé par le cour suprême, mais ce serait incohérent avec l’idéologie de Shass.

  5. Mara anna est une merde qu íl faut expulser en Syrie ou Gaza
    elle appreciera la bas la liberte d’,expression et la tolerence.
    ras le bol de cette racaille

  6. Belle analyse Daniel, tout à fait d’accord avec toi!
    Merci de nous nourrir continuellement. Ca fait du bien 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *