GPA pour tous en Israël

La GPA (gestation pour autrui) est une technique médicale consistant à transplanter un embryon dans l’utérus d’une femme pour le compte d’autrui. La mère porteuse n’a ni droits ni devoirs envers l’enfant à venir. Une fois qu’elle a accouché, elle cède le nouveau-né à la contrepartie selon des modalités convenues à l’avance de manière contractuelle.

La GPA a été légalisée en Israël dès 1996 pour les couples hétérosexuels, et peu après amendée en faveur des femmes célibataires. Mais considérant que cette loi avait encore toujours un caractère discriminatoire, la Cour Suprême a fini par l’étendre aux couples homosexuels et aux hommes célibataires.

Mais légiférer en matière de GPA n’a pas de sens, parce que les questions éthiques ne peuvent être résolues ni par des juristes, ni par des scientifiques. L’Etat est un mal nécessaire qui n’a d’autre fonction que celle de régler les rapports entre citoyens, et non pas de décréter des valeurs. Il n’a pas à se prononcer sur l’intimité ou la liberté ontologique des êtres humains.

Concernant la GPA, il s’agit plutôt d’examiner si son application relève du droit naturel. Le droit naturel est un concept philosophique qui pose que chaque être humain possède des droits du seul fait de son appartenance à l’humanité. Par exemple, chacun a droit à la vie, à la santé et à la liberté.

Les partisans de la GPA revendiquent le droit d’avoir des enfants au nom du droit naturel d’être parent.

Les mères porteuses revendiquent le droit de gestation pour autrui au nom du droit naturel de disposer de son corps.

Mais les droits naturels s’appliquent également aux enfants produits par GPA. Comme ceux-ci n’ont pas les moyens de se faire entendre en temps utile, ils pourraient exiger plus tard des éclaircissements et seraient justifiés de poser les questions suivantes :

Est-il éthique de priver d’office et d’avance un enfant du droit naturel de se construire une identité conforme à son origine génétique, à ses liens familiaux et à ses racines culturelles ?

Est-il éthique de priver d’office et d’avance un enfant du droit naturel d’être aimé et élevé par un couple constitué par une femme et un homme ?

En d’autres mots, la GPA est-elle éthique ?

3 réflexions sur « GPA pour tous en Israël »

  1. Cher Daniel
    Je suis absolument d’accord avec ton analyse et tes conclusions.
    Je souligne que la Cour Suprême composée de magistrats non élus décide désormais aussi des orientations sociétales de notre pays en dépouillant la Knesset – expression de la démocratie- de son pouvoir législatif et de tout débat au nom d’un droit universel imposé au dessus de nos lois.
    C’est une dérive très dangereuse que j’apparente à un véritable coup d’état.
    Ensuite tu as raison de dire que chaque homme a droit, dès avant sa naissance, de connaître ses parents et de bénéficier de leur amour.
    Au nom de la liberté individuelle qui est devenue la valeur suprême nous sommes en route pour un monde Orwellian.
    C’est une tendance lourde sur le plan mondial et notre petit pays n’y échappe pas.

  2. La Cour suprême s’érige dans les deux cas en arbitre ultime – et pour ainsi dire exclusif – du débat public et politique sur des sujets cruciaux, qui touchent aux valeurs et aux normes fondamentales de l’État et de la société israélienne, valeurs sur lesquelles il n’existe aucun consensus.

    En l’absence de tout consensus – et en l’absence même d’une Constitution qui l’autoriserait à mener un « contrôle de constitutionnalité » – la Cour suprême s’est ainsi arrogé le droit d’invalider des lois de la Knesset (y compris des Lois fondamentales), sans aucun mandat légal pour le faire (comme le reconnaît dans son avis un des juges ayant participé à la décision sur la Loi Israël État-nation, David Mintz).
    Pierre Lurçat
    https://mabatim.info/2021/07/13/cour-supreme-israelienne-la-revolution-constitutionnelle-permanente/

  3. Légiférer sur le droit naturel n’as aucun sens .La vie t’est donnée tu peux l’accepter ,tu peux la refusée.La santé est affaire d’environement ,la liberté conception indéfinissable.L’enfant n’as aucun droit.a un certain àge il peut décider de ses droits. Du temps biblique ont accepte la GPA .(ex) Avraham Avinou avec Agar la, servante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *