Pie XII, disciple de Ponce Pilate

Nina Valbousquet est docteure en histoire et professeure à l’École française de Rome[1]. Elle fait de la recherche concernant le pontificat de Pie XII depuis que le Vatican a ouvert les archives le concernant.  Après avoir compilé des milliers de documents de cette époque, elle conclut qu’« il n’existe aucune preuve solide d’un supposé ordre, ou même encouragement direct de Pie XII protégeant les Juifs contre les persécutions nazies ; il y eut plutôt une sorte de laisser-faire. On ne peut pas attribuer au pape ce que d’autres catholiques ont eu le courage de faire sur le terrain[2] ».

Il ne fait pas de doute que d’une part l’Eglise a sauvé des Juifs, mais que d’autre part le silence de Pie XII était cohérent du point de vue théologique. Il ne s’agissait bien entendu pas pour lui de souscrire aux crimes nazis, mais bien de se taire concernant une Shoah qui lui semblait relever de la volonté divine. Tout comme Ponce Pilate, Pie XII se lavait les mains du sang juif versé par autrui. Revendiquer Urbi et Orbi la légitimité de l’existence  du peuple juif aurait résonné dans le monde chrétien comme un renoncement à la  « théologie de la substitution », fondement même du christianisme.

La « théologie de la substitution »  postule que le peuple d’Israël, autrefois élu par Dieu, est maudit depuis son rejet du Christ. Le judaïsme est obsolète, et n’est plus que la préfiguration de « l’Église triomphante, qui se substitue à Israël et devient le « verus Israel », le nouveau  peuple élu ».

Deux Pères de l’Eglise, Saint Augustin et Saint Chrysostome, considéraient  dès le quatrième siècle que les Juifs étaient les « assassins du Christ », en vertu de quoi ils avaient théorisé la doctrine du « peuple déicide ».  Celle-ci ne fut abandonnée que 1600 ans plus tard, lors de Vatican II en 1965. L’accusation de déicide était donc valide lors du pontificat de Pie XII, et l’est d’ailleurs restée dans l’Église grecque-orthodoxe, dans de nombreuses  mouvances protestantes, et chez les catholiques traditionalistes.

Saint Augustin explique que « les Juifs ont cherché à perdre l’âme du Christ, soit comme chef, puisqu’ils l’ont crucifié, soit comme corps, en persécutant après la mort du Sauveur ses premiers disciples. [3]»  Mais, paradoxalement, il défend la pérennité du peuple juif parce que leur rabaissement, la destruction de leur temple et leur dispersion constitue la preuve vivante du châtiment divin. Le christianisme ne peut donc tolérer la survivance de peuple juif que comme témoin souillé pour l’éternité par son rejet du Christ.

Saint Chrysostome  pour sa part décrit la synagogue comme « un endroit pire qu’un lupanar ou qu’un débit de boisson ; c’est un repaire de fripouilles, de bêtes sauvages, un temple de démons, le refuge de brigands, de débauchés, et la caverne des diables. La synagogue est  une assemblée criminelle d’assassins du Christ. Les démons résident dans la synagogue et dans l’âme des juifs,  qui sont juste bons à être massacrés[4] ».

Mille ans plus tard, Martin Luther, l’un des fondateurs du protestantisme, écrit dans son traité « Des Juifs et de leurs mensonges » que  « les synagogues des Juifs et leurs écoles doivent être brûlées, leurs livres de prières détruits, leurs rabbins interdits d’officier, leurs maisons rasées et leurs biens et argents confisqués. On ne peut montrer à leur égard aucune pitié ni aucune bonté, ni leur procurer de protection légale. Ces vers venimeux et vénéneux doivent être punis de travaux forcés ou expulsés une bonne fois pour toutes. Nous sommes fautifs de ne pas les tuer ».

Monseigneur Lefebvre, archevêque et figure charismatique du catholicisme traditionaliste, exige de Vatican II en 1965 le maintien de la doctrine de l’Eglise concernant « la responsabilité collective des juifs dans la mort du Christ, et de la  réprobation et malédiction de la religion judaïque »

En 2005, Yad Vashem fait figurer dans son musée la photo de Pie XII comme personnalité emblématique de « ceux dont on devrait avoir honte pour ce qu’ils ont fait aux Juifs ».

Denis Charbit, professeur de sciences politiques israélien, évoque dans « Histoire Universelle des Juifs »[5] le silence de Pie XII et de ceux qui comme lui « voyaient dans la Shoah la confirmation de la doctrine augustinienne réservant souffrance et déchéance au peuple qui avait renié Jésus, et qui méritait donc d’expier le sang versé de celui qu’il avait crucifié. »

L’idée, assez répandue il est vrai, que c’est la pièce de théâtre « Le Vicaire » de Rolf Hochhuth qui serait à l’origine de la controverse en 1963 concernant le silence de Pie XII, est un mythe. En réalité de nombreux catholiques avaient été troublés par le silence du Pape dès la fin de la guerre.

Paul Claudel, grand catholique mais antisémite repenti, écrit en décembre 1945 que « rien n’empêche plus la voix du pape de se faire entendre. Les horreurs sans nom et sans précédent dans l’Histoire commises par l’Allemagne nazie [contre les Juifs] auraient mérité une protestation solennelle du vicaire du Christ. Nous avons eu beau prêter l’oreille, nous n’avons entendu que de faibles et vagues gémissements. Le sang versé dans l’affreux silence du Vatican étouffe les chrétiens. [6]»

En 1946, Jacques Maritain, philosophe et ambassadeur de France près le Saint-Siège adjure Pie XII de « condamner explicitement l’antisémitisme, puisque désormais l’Église n’a pas à avoir peur des représailles nazies. Ses initiatives furent vaines.[7]» Silence à nouveau de Pie XII, donc, même un an après la Shoah.

En 1965 Vatican II remplace la « théologie de substitution », qui avait prévalu jusque là, par la doctrine des « deux alliances en vertu de laquelle Dieu n’aurait  jamais rompu son alliance avec le peuple d’Israël.  Il n’y a donc plus lieu de chercher à convertir les Juifs. La doctrine des deux alliances implique que la Bible, juive ou chrétienne, offre deux voies d’accès au salut »[8]. Mais, comme le souligne Henri Tincq, journaliste spécialiste de l’Etat du Vatican, « aussi stupéfiant que cela puisse paraître quarante ans après la guerre, Vatican II n’a toujours  pas dit un mot sur la Shoah et ses victimes[9]

Ce nouveau silence du Vatican n’avait probablement d’autre fonction que de ne rien faire qui pourrait compromettre l’éventuelle canonisation de  Pie XII, père fondateur du négationnisme.

[1] Institut de recherche en histoire, en archéologie et en sciences humaines et sociales dépendant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

[2] Entretien avec Nina Valbousquet, mensuel « Historia » juin 2021.

[3] Commentaire du psaume 63

[4] Jean Chrysostome, Adversus Judaeos, 1, 6.

[5] Ouvrage collectif publié sous la direction de l’historien et diplomate Elie Barnavi.

[6] « Le long péché par omission de Pie XII », Patrick Kéchichian, « Le Monde » décembre 2009.

[7] Entretien avec Nina Valbousquet, mensuel « Historia » juin 2021.

[8] https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9ologie_des_deux_alliances

[9] https://www.lemonde.fr/idees/article/2005/11/01/entre-juifs-et-catholiques-une-paix-toujours-menacee-par-henri-tincq_705347_3232.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Translate »