Gaza et Molenbeek, même combat.

Le monde découvre avec stupeur l’existence de Molenbeek, cette obscure commune de l’agglomération bruxelloise devenue sanctuaire islamiste et repaire d’assassins. Il est vrai qu’après les attentats de Paris les autorités belges sont intervenues de manière musclée, mais le rôle des forces de l’ordre est comparable à celui des pompiers: on les appelle généralement quand l’incendie s’est déjà déclaré, c’est-à-dire trop tard.

Dans un société démocratique, prévenir le terrorisme consiste à ne pas transiger sur certains principes. De ce point de vue l’Europe a failli en fermant les yeux sur l’islamisme, dont les objectifs sont pourtant clairs. Penser que Paris pouvait échapper à cette calamité est d’un coupable aveuglement.

Tous les musulmans ne sont pas islamistes, mais il n’en est pas moins vrai que tous les islamistes vivent comme des poissons dans l’eau parmi les musulmans. Il y a une espèce d’omerta qui tétanise ces populations, dont on ne distingue pas bien si elle repose sur une adhésion tacite, une complaisance criminelle ou une terreur indicible.

Il y a une sorte de schizophrénie en Europe à ne pas admettre que les forces islamistes qui appellent à liquider Israël sont les mêmes que celles qui mettent des salles de spectacles et des restaurants à feu et à sang à Paris.

Le grand public a pu croire que les attentats visant l’Hyper Casher ou Charlie-Hebdo signalaient ce qu’il fallait ne pas être pour se sentir en sécurité en France. Le grand public a pu le croire, mais les autorités sont impardonnables de l’avoir cru. Certains ont même cru bon de suggérer que ne plus porter de kippa et ne plus s’en prendre au Prophète rétablirait le calme. Ces jours-ci le gouvernement belge a même franchi un nouveau pallier: ne plus aller au cinéma, ni aux compétitions sportives, ni à l’école. Pour le moment il semble encore permis de respirer, mais allez savoir ce que les politiciens vont encore trouver avant d’aller à l’essentiel.

Nous savons depuis la Shoah que l’antisémitisme est le plus sûr indice d’une société qui perd ses repères. Aujourd’hui c’est l’antisionisme – avatar de l’antisémitisme – qui joue ce rôle. Le parti-pris antisioniste d’une majorité d’intellectuels et de journalistes en Europe est inquiétant non seulement pour Israël, mais pour le monde libre lui-même. Faire une différence entre le Hezbollah, le Hamas et l’Iran d’une part, et Daesh et Al Qaeda d’autre part n’a aucun sens, parce que l’islamisme est une idéologie qui n’a ni feu ni lieu. Son ennemi est le genre humain tout entier, ce qui inclut les terroristes eux-mêmes, qui considèrent la mort – celle des autres comme la leur – comme valeur suprême.

Si l’Europe ne prend pas la mesure de ce fléau, les choses n’en resteront pas là, parce que les Djihadistes ne savent que trop bien avec quelle facilité ils peuvent opérer dans un Etat de droit. C’est pour cela qu’il y va de l’intérêt de l’Europe que de soutenir l’Etat d’Israël et de cesser de le stigmatiser avec des directives bêtes et méchantes comme l’étiquetage de produits de Cisjordanie. Il n’est pas anodin de noter que les  responsables politiques français ont voté cette ignominie qui a englouti des fortunes en commissions spéciales et en consultants, alors qu’au même moment des Djihadistes s’apprêtaient à exterminer des Parisiens à la Kalachnikov.

Ces mêmes Djihadistes qui de Tel Aviv à Paris sèment la mort partout où il y a des vivants; qui non seulement prônent que la fin justifie les moyens, mais que les moyens sont en eux-mêmes une fin; qu’il s’agit moins pour eux de s’emparer du monde que de le quitter avec éclat; que le paradis au ciel vaut bien l’enfer sur terre.

l’Europe a le devoir de soutenir cette minuscule démocratie qu’est l’Etat d’Israël confronté à une guerre dont l’Europe n’entend que les bruits de bottes mais qui deviennent de plus en plus audibles. A bon entendeur salut.

Israël et Europe, même combat.

Netanyahu and the Grand Mufti

A media storm has stricken the Prime Minister of Israel Benjamin Netanyahu following his statements at the Zionist Congress gathering in Jerusalem. Netanyahu said that « Hitler had no intention of exterminating the Jews at that time.[1] He wanted to expel them. The Grand Mufti of Jerusalem[2] went to meet Hitler in order to tell him « If you expel the Jews, they will all go there [to Palestine].” Hitler asked him « then what should I do with them ? » “burn them,” replied the Grand Mufti.

Journalists, chroniclers, intellectuals and historians of various horizons became plagued by a collective hysteria. Netanyahu was accused of ignorance, Holocaust denial, inciting hatred, clearing the Nazis and political opportunism. Even the German Chancellor felt she had to emphasize that the Germans were indeed responsible for the Holocaust. Almost no one bothered to actually focus on Netanyahu’s statements with discernment or to verify them, even though his sources are freely available.

Mohammed Amin al-Husseini was Grand Mufti of Jerusalem from 1921 until the proclamation of the State of Israel in 1948. Close to the Muslim Brotherhood, he did not only favor the liquidation of the Palestinian Jews, but also to that of Jews worldwide. He is one of the spiritual fathers of the radical Islam of our times, which calls for the eradication of Israel and the extermination of Jews wherever they may be. Mohammed Amin al-Husseini is nevertheless worshipped by the Palestinians as a national hero and remains a reference on religious matters.

Not surprisingly was the Grand Mufti impressed by the Nazis when they came to power in 1933, so much so that he became the greatest collaborator in the Arab world.[3] As a reward he was consecrated « Honorary Aryan » and swore allegiance to Hitler, declaring « the Arab nations are convinced that Germany will win the war. They are Germany’s natural allies because they have common enemies, namely the British, the Jews and the communists. Therefore they are wholeheartedly prepared to cooperate with Germany and join them in the war, namely by forming an Arab legion. » He fulfilled this promise by creating an Arab section of the Waffen SS.[4]

The philosopher Hannah Arendt recalls that during Eichmann’s trial[5] « the Grand Mufti’s connections with the Nazis were public knowledge since he was expecting them to help him implement a variation of the Final Solution in the Middle East. »[6]

After the war the Grand Mufti took refuge in Paris under the complacent eye of the local authorities, even though he was wanted by Great Britain and Yugoslavia as a war criminal. France refused to extradite him by fear of the Arab world, and ended up by letting him escape with the complicity of the Foreign Ministry[7] which provided him a false passport.

Dieter Wisliceny, one of Eichmann’s aides, testified at the Nuremberg trials that « The Grand Mufti had suggested exterminating the Jewish people to Hitler, Ribbentrop, and Himmler on many occasions because he considered this was the best way to solve the Palestinian problem.”[8] Numerous comments aired by the Grand Mufti from his exile in Germany reveals his support for the Final Solution.[9] In his radio broadcasts aimed at the Arab world he incited them to « kill the Jews wherever they are, because that is God’s will. »

There is no doubt that when the Nazis came to power they firmly intended to get rid of the Jews. However It may well be that they never thought through where this could lead a decade later. They were convinced at the time that by making life impossible for the Jews these would end up leaving, as they had done during their expulsion from Spain five centuries earlier.

The 1935 Nuremberg racial laws brought about a general boycott on Jews, their dismissal from civil service, disbarment of lawyers, exclusion of doctors, banning of artists, firing of journalists, a ban from health resorts, cinemas, libraries and public transport, not to forget random pogroms.

During this period, Eichmann was instructed to take Zionism on board as a means to promote emigration of the Jews to Palestine. He contacted Zionist circles in order to speed up the process, and in 1937 he traveled to Palestine to inquiry about the issue, after which he undertook to intensify the emigration. His achievements were highly praised by his superiors, and his methods were seen as a model for handling Jewish affairs. He was entrusted with organizing compulsory emigration through a mixture of terror and chicanery.[10]

The « Haavara » was an agreement finalized in 1933 between the Nazi regime and the Zionist Federation of Germany. It consisted in facilitating transfer of Jewish property to Palestine in order to encourage Jews to settle over there. From the Nazi point of view this was a smooth way to rid Germany of the Jews. Werner Otto Von Hentig, a high-level official in charge of Palestinian affairs strongly supported the creation of a Jewish state in Palestine. More than 50.000 Jews managed to emigrate based on this agreement, which remained in force until 1942, the year of the Wannsee Conference.

In 1938, Eichmann drafted a memorandum to support Jewish emigration outside Europe[11] and was instructed to coordinate the deportation of four million people to Madagascar. He created a dossier outlining the transportation of one million Jews per year. The plan would deprive them from their belongings in order to finance the logistics, after which they would be forced to emigrate. The SS would be in charge of deporting the Jews to the island and administrating it. However Madagascar was then under British control, and since the Germans never managed to drive them out, this plan was never enacted.

Eichmann continued to support emigration by other means, and worked with Zionist smugglers in order to drive Jews to Palestine. Furthermore the Nazis also envisioned expelling Jews to Russia once the Red Army would be defeated.[12]

The Grand Mufti’s meeting with Hitler was driven by his concern regarding the consequences of a possible expulsion of the Jews from the Reich, many of whom were likely to end up in Palestine, thus strengthening the Yishuv.[13]

However this prospect was no longer an option in 1941 because the British had barred the Jews to immigrate in Palestine by means of the White Paper[14]. As no other country was prepared to welcome Jews anyway, the Nazis concluded that the only remaining solution, which had to be final, consisted in systematically and industrially exterminate them.

Netanyahu rightly pointed out that at the time of the meeting between the Grand Mufti and Hitler the Nazis were still expelling Jews, although it is true that random killings of civilians had already begun wherever the Nazis took control.

What Netanyahu wanted to highlight was that the Grand Mufti and Hitler had theorized their anti-Semitic psychosis long before the Holocaust, but that the Grand Mufti was the first to envision a genocide as early as in the 1920’s with regard to the Jewish presence in Palestine. Netanyahu never stated the Grand Mufti gave Hitler the idea of the Final Solution, but rather that he played an important role by campaigning relentlessly against Jewish emigration from Germany.

Finally, Netanyahu wanted to portray the implacable nature of the fascist, Nazi, and anti-Semitic ideology incarnated by the Grand Mufti, who is at the heart of the current Intifada of the Knives.

[1]« That time » refers to the meeting between the Grand Mufti and Hitler in 1941. Most commentators seem to have ignored this point. Without this Netanyahu’s sentence would have had a quite meaning.

[2] A mufti is a Muslim cleric who has the authority to issue fatwas. In each state of the Ottoman Empire, the Grand Mufti was the supreme religious authority in the country.

[3] Study by Matthias Küntzel published in the Jewish Political Studies Review

[4] A Nazi paramilitary and police organization

[5] A Nazi war criminal responsible for the logistics of the Final Solution

[6] Eichmann in Jerusalem : Report on the Banality of Evil by Hannah Arendt

[7] Tsilla Hershco: « The History of an Escape [archive] », Controverses, n°1, March 2006.

[8] Zvi Elpeleg, Hamufti Hagado 1989, pp. 74,75

[9] Zvi Elpeleg, Through the Eyes of the Mufti: The Essays of Haj Amin

[10] David Cesarini(September 5, 2013). Adolf Eichmann

[11]David Cesarini(September 5, 2013). Adolf Eichmann.

[12]                 David Cesarini(September 5, 2013). Adolf Eichmann.

[13]                 The term Yishuv refers to the Jewish community in Palestine before the creation of the state of Israel.

[14]                 In May 1939, when the Jews were being persecuted by the Third Reich, the British reduced their access to Palestine by draconian measures.

Netanyahu et le Grand Mufti

Un orage médiatique s’est abattu ces jours-ci sur le Premier Ministre d’Israël Benjamin Netanyahu suite à ses propos tenus en anglais lors d’une conférence du Congrès Sioniste à Jérusalem. En voici la traduction:

« Hitler n’avait pas l’intention d’exterminer les Juifs à cette époque [1]. Il voulait les expulser. Le Grand Mufti de Jérusalem[2] alla trouver Hitler pour lui dire « si vous expulsez les Juifs ils iront tous là-bas [en Palestine]. Hitler lui demanda « mais alors que dois-je faire d’eux »? Les bruler, répondit le Grand Mufti « .

Suite à cela, journalistes, chroniqueurs, intellectuels d’obédiences diverses et historiens de tous bords ont été pris d’hystérie collective. Netanyahu a été accusé d’ignorance, de négationnisme, d’incitation à la haine, de déculpabilisation des Nazis et d’opportunisme politique. La Chancelière d’Allemagne s’est même crue obligée de préciser que c’étaient bien les Allemands qui avaient été responsables de la Shoah. En réalité, pratiquement personne ne s’est donné la peine d’écouter avec discernement les propos de Netanyahu ni de les vérifier, alors qu’il s’agissait d’une vérité à la portée de tous.

Mohammed Amin al-Husseini fut le Grand Mufti de Jérusalem de 1921 jusqu’à la proclamation de l’Etat d’Israël en 1948.   Proche des Frères musulmans, il était non seulement favorable à la liquidation des Juifs de Palestine, mais aussi à celle des Juifs du monde entier. C’est le père spirituel de l’islamisme radical de notre époque, qui appelle à éradiquer Israël et à exterminer les Juifs où qu’ils soient. Mohammed Amin al-Husseini est considéré par les Palestiniens comme un héros national et une référence en matière religieuse.

C’est tout naturellement que le Grand Mufti fut séduit par les Nazis dès leur arrivée au pouvoir en 1933, et qu’il devint le plus grand des collaborateurs dans le monde arabe[3]. En récompense, il obtint le titre d' »Aryen d’honneur » et prêta allégeance à Hitler en déclarant que « les nations arabes sont convaincues que l’Allemagne va gagner la guerre. Ils sont les alliés naturels de l’Allemagne puisqu’ils ont les mêmes ennemis, à savoir les Anglais, les Juifs et les communistes. Ils sont donc prêts à coopérer de tout cœur avec l’Allemagne et à participer à la guerre, notamment en constituant une légion arabe« . Il mit cette promesse en pratique en créant une section arabe de la Waffen SS[4].

La philosophe Hannah Arendt releva au cours du procès Eichmann [5]que « les connexions du Grand Mufti avec les nazis étaient de notoriété publique, parce qu’il espérait qu’elles l’aideraient à exécuter une variante de la Solution Finale au Proche-Orient « [6].

Après la guerre, le Grand Mufti se réfugia à Paris sous l’œil complaisant des autorités, bien qu’étant recherché comme criminel de guerre. La France ne l’inquiéta pas, refusa de l’extrader, et craignant le monde arabe, finit par le laisser s’échapper avec la complicité du Quai d’Orsay[7], qui lui fournit un faux passeport.

Dieter Wisliceny, adjoint d’Eichmann, témoigna au tribunal de Nuremberg que « le Grand Mufti avait suggéré à plusieurs reprises à Hitler, Ribbentrop et Himmler d’exterminer le peuple Juif, considérant que ceci constituait la meilleure solution pour résoudre le problème palestinien[8]« . Les nombreux commentaires du Grand Mufti diffusés à partir de l’Allemagne exprimaient son soutien à la Solution Finale[9]. Dans ses émissions radiophoniques en direction du monde Arabe, il incitait à « tuer les Juifs où qu’ils se trouvent parce que c’est la volonté de Dieu ».

En accédant au pouvoir en 1933, les Nazis avaient fermement l’intention de se débarrasser des Juifs, tout en n’imaginant peut-être pas où cela allait les mener une décennie plus tard. Ils étaient persuadés à cette époque qu’en rendant la vie impossible aux Juifs, ceux-ci finiraient par partir, comme ce fut le cas lors de l’expulsion d’Espagne cinq siècles plus tôt.

Les lois raciales de Nuremberg de 1935 entrainèrent pour les Juifs le boycott, la révocation de la fonction publique, la radiation des avocats, l’exclusion des médecins, la mise au ban des artistes, le renvoi des journalistes, l’interdiction des stations thermales, des cinémas, des bibliothèques et des transports publics, le tout accompagné de pogroms.

Au cours de cette période, Eichmann fut chargé de prendre en compte le sionisme comme moyen de promouvoir l’émigration des Juifs vers la Palestine, et noua des contacts avec des milieux sionistes afin d’accélérer le processus. En 1937 il fit un voyage en Palestine pour étudier la question, après quoi il entreprit de stimuler l’émigration. Ses exploits furent applaudis par ses supérieurs et ses méthodes prises comme modèle pour la gestion des affaires juives. Il reçut la charge d’organiser l’émigration forcée avec un mélange de terreur et de chicanerie[10].

La « Haavara » fut un accord conclu en 1933 entre le régime nazi et la Fédération sioniste d’Allemagne, consistant à faciliter le transfert de biens juifs vers la Palestine afin d’inciter les Juifs à s’y établir. Cette formule était du point de vue nazi un moyen élégant de se défaire des Juifs du Reich. Werner Otto Von Hentig, haut fonctionnaire en charge des questions palestiniennes, soutint d’ailleurs avec force la création d’un État juif en Palestine. 50 000 Juifs parvinrent à y émigrer grâce cet accord, qui resta en vigueur jusqu’en 1942, année de la Conférence de Wannsee.

En 1938 Eichmann établit un mémorandum pour encourager l’émigration juive hors d’Europe[11] et fut chargé d’organiser la déportation de quatre millions de personnes à Madagascar. Il produisit un dossier prévoyant le transport annuel d’un million de juifs. Le plan prévoyait de les spolier pour financer la logistique, après quoi ils seraient forcés d’y émigrer. La SS s’occuperait du ramassage en Europe et de l’administration de l’île. Mais comme Madagascar était sous le contrôle des britanniques et que les Allemands n’arrivaient pas à les en déloger, ce plan ne vit jamais le jour.

Eichmann continua néanmoins à soutenir l’émigration par d’autres moyens, et travailla avec des passeurs sionistes pour expédier des Juifs en Palestine. Par ailleurs les autorités nazies envisagèrent un temps de les expulser vers la Russie, une fois que l’Armée rouge serait vaincue[12].

La démarche du Grand Mufti chez Hitler fut donc bel et bien l’expression de son inquiétude par rapport aux conséquences d’une éventuelle expulsion massive de Juifs du Reich, dont un nombre non négligeable risquait d’aboutir en Palestine et de renforcer ainsi le Yishouv[13].

Il s’avéra plus tard que cette perspective n’était plus à l’ordre du jour en 1941, parce que les Britanniques avaient verrouillé la Palestine au moyen du Livre Blanc[14] et qu’aucune autre puissance n’était disposée à accueillir les Juifs. C’est alors que s’imposa chez les Nazis la conviction que la seule solution restante, qui devait être finale, serait d’exterminer les Juifs de manière systématique et industrielle.

Netanyahu a donc raison de rappeler qu’au moment de la rencontre entre le Grand Mufti et Hitler, les Nazis en étaient encore à expulser les Juifs, même s’il est vrai que des tueries avaient commencé, encore que les meurtres de civils par les Allemands faisaient rage partout où ils mettaient les pieds.

Ce que Netanyahu a voulu mettre en évidence dans son discours, c’était que le Grand Mufti et Hitler avaient théorisé leur délire antisémite bien avant la Shoah, mais que le Grand Mufti avait été le premier des deux à envisager un génocide dès les années 1920, eu égard à la présence juive en Palestine. Netanyahu ne dit en revanche pas que c’est le Grand Mufti qui a donné à Hitler l’idée de la Solution Finale, mais bien qu’il a eu un rôle important dans sa promotion en s’opposant à l’émigration juive vers la Palestine.

Enfin Netanyahu a voulu rappeler la nature irréductible du courant fasciste, nazi et antisémite incarné par le Grand Mufti, dont l’idéologie irrigue et inspire en ce moment même l’Intifada des couteaux.

[1] « Cette époque » renvoie à l’entrevue entre le Grand Mufti et Hitler en 1941. La plupart des commentateurs semblent avoir ignoré ce point. Sans cette précision la phrase de Netanyahu aurait eu un tout autre sens.

[2] Un mufti est un religieux musulman qui a l’autorité d’émettre des fatwas. Dans chaque État de l’Empire ottoman le Grand Mufti était la plus haute autorité religieuse du pays.

[3] Etude de Matthias Küntzel publiée dans Jewish Political Studies Review

[4] Organisation paramilitaire et policière nazie

[5] Criminel de guerre nazi responsable de la logistique de la Solution Finale

[6] Eichmann à Jérusalem : rapport sur la banalité du mal de Hannah Arendt

[7] Tsilla Hershco: Histoire d’une évasion [archive], Revue Controverses, n°1, mars 2006.

[8] Zvi Elpeleg, Hamufti Hagado 1989, p. 74,75

[9] Zvi Elpeleg, Through the Eyes of the Mufti: The Essays of Haj Amin

[10] David Cesarini(2013-09-05). Adolf Eichmann

[11] David Cesarini(2013-09-05). Adolf Eichmann.

[12] David Cesarini(2013-09-05). Adolf Eichmann.

[13] Le Yishouv désigne la communauté juive en Palestine avant la création de l’État d’Israël.

[14] En mai 1939, alors que les Juifs sont persécutés par le Troisième Reich, les Britanniques leur réduit l’accès à la Palestine de manière draconienne.

Barenboïm et Ahmadinejad, même combat

Wagner fut un compositeur de premier rang  et un novateur en musique, mais ce n’est pas pour cette raison qu’Hitler l’avait choisi comme un des emblèmes du Troisième Reich. C’était également un écrivain qui avait théorisé l’antisémitisme post-chrétien au moyen d’écrits appelant à l’élimination des Juifs. Il leur reprochait notamment la décadence de la culture européenne, et avait appelé à la « déjudaïsation » de l’Allemagne bien avant l’avènement du nazisme. Son ouvrage  « Les Juifs dans la Musique » fut une contribution majeure à la rationalisation de l’antisémitisme moderne.

En juillet 2001 le chef d’orchestre Daniel Barenboïm s’apprêtait à donner un concert en Israël, mais face au tollé quant à son intention de jouer du Wagner il retira cette partie-là du programme. Le concert eut donc lieu, mais au bout de quelques rappels il demanda au public s’il désirait malgré tout entendre du Wagner. Il y eut de vifs échanges dans la salle, au bout desquels une partie du public en sortit la rage au cœur, ce qui n’empêcha pas Barenboïm d’entamer un extrait de « Tristan et Isolde ».

Même s’il est vrai qu’il faut dissocier l’art de l’artiste, Barenboïm aurait dû comprendre qu’il avait l’obligation morale de respecter l’ostracisme concernant Wagner en Israël, dès lors qu’il y avait encore des rescapés de la Shoah en vie.

L’argument  comme quoi ceux-ci n’étaient pas obligés d’assister à ses concerts ne tient pas, parce que les prestations de Barenboïm, enfant du pays, ne passent pas inaperçues. Il avait donc le droit de jouer du Wagner, mais aussi le devoir de ne pas choquer.

Edward Saïd était un intellectuel américain d’origine palestinienne qui s’est distingué toute sa vie par une hostilité obsessionnelle envers Israël. Ami de Barenboïm, il co-fonda avec lui un orchestre composé d’Arabes et d’Israéliens, avec pour vocation d’établir un pont entre jeunes musiciens  qui autrement n’auraient sans doute jamais eu l’occasion de se connaître. Initiative louable si elle n’avait pas été conçue avec pour objectif de discréditer Israël et d’attiser les passions au lieu de les réduire.

Un des évènements hautement symboliques de cet orchestre fut un concert devant un public palestinien en Cisjordanie. Mais Barenboïm, qui déclarait ne pas vouloir connoter politiquement son orchestre, aurait dû comprendre qu’il avait l’obligation morale de le faire jouer également devant des Juifs de ce même territoire. Finalement il s’avère que ceux-ci  n’y avaient pas droit du seul fait d’être juifs.

La République Islamique d’Iran est une théocratie qui ignore la liberté d’expression, réprime les opposants, pratique la torture, la lapidation, les amputations, discrimine les femmes et les minorités. Ce régime est en guerre ouverte contre Israël par le truchement du Hezbollah et du Hamas, organisations terroristes armées et financées dans le but explicite de rayer Israël de la carte.  Par ailleurs l’Iran est soupçonné par la communauté internationale de développer une arme nucléaire avec Israël pour cible.

La Chancelière d’Allemagne projette ces jours-ci une visite en Iran en vue d’un rapprochement diplomatique et économique entre les deux nations. Barenboïm s’apprête à être du voyage afin de célébrer cet évènement à la tête de l’orchestre de Berlin. Mais il devrait comprendre que se produire sous la bannière de l’Allemagne dans un Iran qui projette d’assassiner six millions de Juifs est un geste qu’il est probablement seul à ne pas en mesurer le poids symbolique.

Le comble c’est qu’aux dernières nouvelles ce sont les autorités iraniennes elles-mêmes qui récusent Barenboïm  parce qu’il est juif, ce qui a le mérite d’être cohérent, puisqu’il  fait  partie de ceux qui sont visés par cette nouvelle Shoah que le régime iranien appelle de ses vœux.

Mais Barenboïm a des atouts dans la vie : en plus d’être un immense musicien, il est à la fois citoyen d’honneur de la Palestine et citoyen de déshonneur d’Israël.

BDS ou le nouvel antisémitisme

La campagne BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) appelle le monde entier à exercer des pressions économiques, académiques, culturelles et politiques sur Israël.

Cette ignominie initiée par des ONG palestiniennes en 2005 ne mérite ni considération ni dialogue, parce qu’elle a pour objectif la liquidation pure et simple de l’Etat d’Israël.

Ce mouvement est par ailleurs doublement illégal : d’une part il se fonde sur l’antisémitisme, et d’autre part ce boycott est une infraction pénale dans la majeure partie du monde occidental.

En France les personnes appelant au boycott d’Israël tombent sous le coup de la loi parce que cette incitation est assimilée à une  «provocation publique à la discrimination envers une nation», punissable d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

Un des aspects les plus choquants – et aussi les plus absurdes – de cette initiative est l’ostracisme académique. Non seulement la quasi-totalité des étudiants palestiniens d’Israël font leurs études dans les universités locales, mais tous les étudiants quels qu’ils soient jouissent sur les campus de la liberté d’expression la plus totale, en particulier quand il s’agit de s’opposer au gouvernement.

BDS s’attaque aux universités israéliennes mais se désintéresse des milieux académiques arabo-musulmans, bien connus pour leur ouverture et leur tolérance.

BDS ne s’intéresse pas non plus aux système éducatif du Hamas à Gaza, pas plus qu’il ne s’intéresse au sort des palestiniens en général, que le monde arabe tient enfermé dans des camps en leur refusant les droits humains les plus élémentaires, à commencer par la citoyenneté.

Le boycott d’Israël n’a pour le moment que peu de succès, mais Israël doit être vigilant parce que l’antisémitisme a fait ses preuves en tant que slogan fédérateur, et a la propriété de mettre beaucoup de monde d’accord du moment qu’il s’agit de s’attaquer aux Juifs.

Ce boycott est à double tranchant pour ceux qui tentent de l’appliquer. Les universités israéliennes sont à la pointe dans les disciplines les plus diverses, de l’irrigation à la médecine, de l’éducation à l’informatique, de la nanotechnologie à la recherche spatiale, de l’archéologie à la physique nucléaire, de la littérature comparée à l’histoire de l’Art.

Dans le domaine de l’industrie Israël détient le record mondial par habitant en matière d’innovation technologique, exporte son savoir-faire dans le monde entier, et il n’y pratiquement pas une seule machine au monde qui fonctionne sans l’un ou l’autre brevet ou composant israélien.

En attendant le plus grand préjudice que BDS est susceptible d’infliger à Israël est de l’ordre de la diffamation. Ben-Dror Yemini, intellectuel et politologue israélien de renom,  explique que « Le problème n’est pas la critique d’Israël. Le problème est le tissu de mensonges à propos d’Israël, qui constitue le plus grand obstacle à la paix. Au plus gros le mensonge, au plus crédible il apparaît aux masses. Les Nazis avaient déjà déterminé que les Juifs étaient les plus grands ennemis du Troisième Reich, qu’ils dominaient l’Union Soviétique, les Etats-Unis et la Grande Bretagne. De nos jours Israël est accusé de génocide, alors que ce sont les tueurs islamistes qui appellent à l’extermination des Juifs. ».

Le combat contre BDS concerne tous ceux qui pensent que la pérennité d’Israël est essentielle non seulement pour les Juifs, non seulement pour les palestiniens, mais aussi pour l’ensemble du Moyen-Orient, pour autant qu’on lui souhaite de sortir un jour de sa faillite spirituelle et économique.

Hannah Arendt estimait qu’être juif signifiait « d’abord et avant tout une appartenance politique et nationale », et que  « lorsque l’on est attaqué en qualité de Juif, c’est en tant que Juif que l’on doit se défendre ».

C’est pour cette raison, et bien qu’Israël compte de nombreux amis à travers le monde, que la défense d’Israël doit être assurée en premier lieu par les Juifs eux-mêmes, pour autant qu’ils se disent partie prenante du projet sioniste. C’est à eux de monter au créneau où qu’ils se trouvent, d’abord parce que c’est leur devoir moral, et ensuite parce que c’est leur devoir tout court.

Que ces Juifs aient ou non l’intention d’émigrer un jour en Israël, ils doivent garder à l’esprit que la « Loi du Retour » constitue un engagement de la part d’Israël de maintenir ouvertes ses portes à tout Juif qui désire s’y établir. Cette obligation a un prix non seulement en sang et en larmes, mais aussi en effort au quotidien pour que vive l’Etat juif.

Et pour ceux parmi ces Juifs de la Diaspora qui n’ont pas les moyens d’assister Israël dans son combat, la dignité la plus élémentaire commande de lui être inconditionnellement solidaire.

Les Juifs et la gauche

Quand des gauchistes s’embarquent en Méditerranée  dans une flottille avec pour objectif de forcer le blocus de Gaza, ils doivent être considérés comme des lâches, et non pas comme des activistes cherchant à se rendre utile. Au lieu de s’attaquer aux fanatiques du Jihad – ce qui demanderait un vrai courage – ces héros de pacotille s’en prennent à l’Etat d’Israël alors que celui-ci se fait bombarder à longueur d’année par le Hamas et ses associés sans le moindre début de raison.

Le phénomène de l’antisémitisme de gauche n’est pas nouveau. Il y a en effet une tradition qui remonte aux origines mêmes du socialisme. Proudhon, figure majeure de la gauche libertaire et contemporain de Karl Marx, disait  que «le Juif est l’ennemi du genre humain. Il faut renvoyer cette race en Asie ou l’exterminer… Par le fer, par le feu ou par l’expulsion il faut que le Juif disparaisse ».

Les chrétiens accusaient les Juifs d’avoir tué Dieu, mais certains  socialistes ont fini par surenchérir en accusant les Juifs de vénérer le Dieu de l’Argent. Or comme l’argent et la propriété étaient d’après eux la cause de tous les maux, basculer vers l’antisémitisme coulait de source.

Michel Dreyfus [1] relève dans un ouvrage[2] qu’il y eut dès les origines du mouvement ouvrier un antisémitisme reprenant les stéréotypes du Juif exploiteur de la classe ouvrière, bourgeois capitaliste et cosmopolite, maître de l’argent et des banques avant de devenir celui de l’économie mondiale. Il cite des penseurs comme  Charles Fourrier, Pierre Leroux, Alphonse Toussenel, Auguste Blanqui, Gustave Tridon, Auguste Chirac, recensement d’où il ressort que l’antisémitisme n’a jamais été  le monopole d’une droite fascisante.

Michel Onfray [3] rappelle que cet antisémitisme-là se porte bien : « J’aimerais qu’on arrête, à gauche, d’être sur une position islamophile qui suppose un antisémitisme forcené. Il y a une tradition, à gauche, qui fait qu’on est islamophile par antisémitisme. Il  y a dans l’histoire de la gauche, depuis la création d’Israël, une complaisance pour les gens qui veulent en finir avec Israël.  

Michel Houellebecq [4] quant à lui estime que comme les écologistes « ne peuvent pas donner satisfaction aux musulmans sur tout, ils leur donnent au moins satisfaction sur le cas d’Israël en laissant tomber les Juifs »

Il est vrai que la gauche soutenait Israël lors de sa création en 1948, mais il y avait alors un consensus qui faisait que l’épopée sioniste était considérée en Occident comme un modèle de décolonisation réussie. A gauche comme à droite l’on estimait – à raison – que le sionisme en tant que mouvement de libération nationale avait démontré qu’après avoir  chassé les colons anglais, les Palestiniens juifs avaient été capables de créer des institutions, un Etat de droit et une démocratie sur une portion de la Palestine, terroir ingrat, pauvre et dénué de richesses naturelles. Les Palestiniens arabes quant à eux avaient refusé le plan de partage de  l’ONU, quitte à se lancer dans un combat ravageur  pour eux-mêmes, mais avec l’espoir de s’emparer un jour de la totalité de la Palestine et d’en chasser les Juifs, quitte à végéter en attendant.

L’air du temps avait conduit L’URSS à figurer parmi les premiers à reconnaître l’Etat d’Israël, espérant que celui-ci rejoindrait le bloc communiste. Cependant au vu de la montée en puissance d’Israël et de ses affinités avec le monde libre, l’URSS a été prise de panique, craignant que ses visées sur le Moyen-Orient ne fussent compromises.  Suite à l’intervention militaire franco-israélo-britannique en 1956 pour tenter de contrecarrer la nationalisation du Canal de Suez par l’Egypte, l’URSS se lança dans une intense campagne antisémite afin des gagner les faveurs du monde arabe.

De la Sibérie à Allemagne et de la Pologne à la Tchécoslovaquie, les régimes communistes se mirent à persécuter  les Juifs sous prétexte de connivence avec Israël. Une grande partie de la gauche à travers le monde emboîta le pas à l’URSS en travestissant son antisémitisme endémique en antisionisme ouvert.  Malgré ses divergences internes, le monde socialiste finit par se mettre à l’unisson pour déterminer que l’instabilité au Moyen-Orient était la faute aux Juifs, démontrant une fois de plus les vertus fédératrices de cette doctrine séculaire.

Il y en Israël une gauche qui peine à s’imposer dans le paysage politique. Certains  sont tellement démunis face à la désaffection de l’opinion publique à leur égard qu’ils se tournent vers l’étranger pour y trouver une écoute attentionnée. C’est ainsi que faute de faire valoir son point de vue au parlement israélien, l’intelligentsia de gauche se tourne vers ses semblables en Europe afin que ceux-ci poussent  leurs gouvernements à faire pression sur Israël, ceci sans tenir compte du sentiment de la majorité des israéliens.

Cette attitude est doublement indigne : d’abord parce que personne n’a le droit d’appeler à la rescousse l’étranger alors qu’il y a une démocratie crédible qui représente les forces vives de la nation ; ensuite parce que bien que ces intellectuels soient souvent de bonne foi, ils n’ont pas conscience que leurs équivalents à travers le monde sont tout sauf des amis des Juifs.

[1] Historien du mouvement ouvrier et du syndicalisme

[2] « L’Antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe de 1830 à nos jours », Editions La Découverte.

[3] Philosophe français auteur d’une monumentale « Contre-histoire de la Philosophie ».

[4] Ecrivain, poète, essayiste et romancier français.

La France après Charlie-Hebdo

Au cours d’un sublime assaut, de valeureux moudjahidines [1] sont venus à bout des infidèles de Charlie- Hebdo retranchés dans leurs bureaux et armés de crayons, de feutres et de planches à dessiner.

Quarante-huit heures plus tard, d’autres moudjahidines se sont retrouvés piégés dans une superette casher sous la menace d’un bébé juif qui les tenait en respect.

Le tout s’est bien terminé pour un de ces dévots d’Allah, qui après avoir noyé quatre Juifs dans un bain de sang a lâchement été abattu par des commandos de la République. Il coule désormais des jours heureux au Paradis des guerriers du Coran.

Bien que ces intrépides résistants aient atteint leurs objectifs, Le MDF (Mouvement Djihadiste de France) s’apprête à porter plainte auprès de la Cour Internationale de Justice à La Haye.

Leurs dirigeants estiment en effet que la France s’en est prise aux guérilleros islamistes en les traquant de manière disproportionnée, en violation flagrante de la Convention de Genève relative aux lois de la guerre.

Le Ministre de l’intérieur a mobilisé des dizaines de milliers d’hommes équipés d’engins de mort, et lancé des véhicules blindés contre une poignée de héros ne se réclamant en tout et pour tout que de la Guerre Sainte. Pour mémoire, tout ce que l’on peut leur reprocher c’est de vouloir couper la tête à ceux qui ont une vision du monde différente de la leur.

Les responsables israéliens estiment qu’il est du devoir du monde libre d’intervenir. L’opinion publique israélienne presse en effet les autorités de Jérusalem d’alerter le Conseil de Sécurité de l’ONU et de soumettre une résolution autorisant l’envoi en France d’une force d’interposition entre les Djihadistes de Paris et la soldatesque française dont la brutalité dépasse l’imagination, que certains commentateurs n’hésitent pas à qualifier de nazis.

Les mots d’ordres du collectif  EFCO (En Finir avec la Civilisation Occidentale) préviennent que si la police s’avise de les empêcher d’exercer leur droit de terroriser ceux qui ne pensent pas comme eux, ils proclameront l’indépendance de la République Cynique de France et de Bagarre avec pour capitale Banlieue-les-Poubelles.

Une série de nations ont d’ores et déjà promis leur soutien à l’Etat islamique de France. Parmi ceux-ci la Talibanie, le Hamastan, le Royaume du Politiquement Correct et la République d’Ecologie, sans oublier le Gouvernement en Exil des Nostalgiques de Staline, avec à sa tête Don Quichotte de la Mélenchon.

Des personnalités israéliennes de premier plan font sous couvert d’anonymat part de leur inquiétude concernant la violation des droits des salafistes [2] de France. Il semble que dans divers endroits de la métropole  les forces de l’ordre tentent d’empêcher ces paisibles adeptes de l’islam radical d’appliquer la Charia.

Des sources proches du ministre israélien des Affaires étrangères rapportent que celui-ci aurait exprimé à son homologue français sa préoccupation concernant le comportement des autorités françaises.

Il lui aurait reproché d’avoir perdu toute empathie envers les ennemis de la France et l’aurait exhorté à faire un compromis historique avec la FICT (Fédération Islamiste des Coupeurs de Têtes).

Vivement ému par la sauvagerie des forces de l’ordre françaises, le Parlement israélien a décider de faire passer en urgence une loi permettant à tout djihadiste français de porter plainte à la Cour Suprême d’Israël.

Dès que la nouvelle a été connue, de nombreuses personnalités françaises ont annulé des voyages hors de l’Hexagone par crainte d’être exposés à des mandats d’arrêts internationaux émis par des tribunaux israéliens.

Israël est un ami traditionnel de la France, mais cette amitié ne doit pas tolérer une répression disproportionnée contre une poignée d’islamistes dont la seule aspiration est d’éliminer tout ce qui ne lui ressemble pas et de rendre caduque la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

===

[1] Combattants d’une armée islamiste

[2] Mouvement musulman fondamentaliste

Le réel a lieu en Israël

Le parti-pris anti-israélien de l’essentiel de l’Intelligentzia européenne relève d’un syndrome qui a fait son apparition après la Deuxième Guerre mondiale.

A l’époque, il apparaissait de façon criante que les communistes se fourvoyaient partout où ils étaient au pouvoir, mais de nombreux observateurs supposément instruits et avertis étaient frappés d’autisme quand il s’agissait de l’URSS.

Le Goulag, Staline, la pénurie, la corruption, la misère, la dictature, l’arbitraire, la violence, un organe nommé « La Vérité » qui mentait, tout cela était flagrant pour tout être doué de bon sens. Alors que l’Intelligentzia n’y voyait que du feu, beaucoup de petites gens subodoraient la faillite du communisme dès les années 1950.

Michel Onfray, philosophe attaché depuis plus d’une décennie à écrire une monumentale « Contre-histoire de la Philosophie », a récemment publié un ouvrage intitulé « Le réel n’aura pas lieu », où il analyse le « Don Quichotte » de Cervantès.

Il lui applique une grille de lecture qui fait penser à la Pierre de Rosette, cette stèle de l’Égypte antique qui a permis le déchiffrement des hiéroglyphes. Onfray aborde le personnage de Don Quichotte sous un angle inattendu, mais qui semble d’une telle justesse après coup, qu’on se demande pourquoi on n’a pas été capable de s’en apercevoir soi-même.

Le mot-clé de la thèse d’Onfray est celui de « dénégation ». Don Quichotte est possédé par la dénégation parce que le monde tel qu’il est ne lui convient pas.

Ce monde ne lui permet pas de se faire valoir, alors il en invente un autre, imaginaire, qu’il espère fédérateur et qu’il entend mener du bout de sa lance. Don Quichotte n’est pas un illuminé, mais un sale type, un lâche, un menteur et un danger public. Vu sous l’angle d’Onfray l’argument de la folie douce, des bonnes intentions ou de la naïveté ne tiennent plus.

Il faut être pris d’hallucination donquichottesque pour estimer que c’est le monde arabe qui a raison contre Israël. Les masses arabo-musulmanes ont pour grande partie perdu leurs repères, souffrent d’ignorance, dénient aux femmes les droits de l’homme, gaspillent leurs ressources au nom de la religion, sont menées par les régimes les plus corrompus, les plus cruels et les plus dégénérés de la terre.

Il faut être donquichottesque pour estimer que tout cela n’existe pas, mais que c’est Israël, seul Etat de droit et seule démocratie de la région, qui est un obstacle à la paix, que ce soit au Moyen Orient ou ailleurs.

Une fois qu’on a lu « Le réel n’aura pas lieu » on ne peut plus appréhender de la même manière des gens apparemment de bonne composition comme Hessel, Besancenot, Mélenchon, Edgar Morin, Cohn-Bendit, Rony Brauman, Régis Debray ou d’autres ennemis d’Israël.

Ces esprits pleins de complaisance pour ceux qui cherchent à détruire les Juifs sont passés maîtres à inverser la réalité du conflit israélo-arabe.

Quand Onfray évoque ceux qui ont cette passion furieuse pour les idées au détriment de la réalité, cette religion de l’idéal sans souci du réel, on ne peut s’empêcher d’appliquer cette démarche au sentiment pro-palestinien de beaucoup de fabricants d’opinion qui sont dans la dénégation de l’islamisme mais qui pointent un doigt accusateur en direction d’Israël.

Tout comme le Don Quichotte d’Onfray ils ne veulent pas voir ce qui est et préfèrent voir ce qu’ils veulent. Ils sont bien entendus émus par les tueries des islamo-fascistes un peu partout dans le monde, mais le seul endroit où ils pensent que ces fous de Dieu ont un point de vue, c’est Israël. C’est le seul coin de la planète où ils suggèrent que la solution à la peste islamiste consiste à leur donner ce qu’ils veulent.

Si ces Don Quichotte du politiquement correct refusent de confronter leurs idées à la réalité quand il s’agit d’Israël, alors c’est à désespérer des autres, qui sont soit ignares soit antisémites.

Dans ces conditions, il est exclu qu’Israël se laisse impressionner par des artifices comme la reconnaissance par l’Europe ou par l’ONU d’une Palestine dont personne ne connaît les contours mais dont tout monde connaît les intentions.

Israël a raison, mille fois raison de faire de la sécurité sa priorité absolue, et rien ne doit lui faire dévier de son souci principal, qui est de vivre.

 

Les manifestations pro-Hamas

Les manifestations pro-Hamas de ces temps-ci à Paris, à Londres ou ailleurs sont des insultes au bon sens. C’est  la faillite d’une populace qui a perdu ses repères, mais aussi celle d’une intelligentsia qui a arrêté de penser. Le syndrome de Munich se referme une fois de plus sur les lâches. Pour mémoire, ce syndrome fait référence à la veulerie de la France et du Royaume-Uni en 1938, quand les ministres Daladier et Chamberlain pensaient qu’en jetant un morceau de la Tchécoslovaquie en pâture à Hitler la guerre mondiale n’aurait pas lieu. Winston Churchill, alors Ministre de la Marine, s’opposa à ce marché de dupes et apostropha Chamberlain pour lui lancer « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre. » On connaît la suite.

Manifester pour la paix dans le cadre de la tragédie de Gaza est honorable, mais manifester contre Israël – et dans la foulée contre les Juifs – n’est pas honorable. Personne n’a le droit d’être contre Israël, parce que cela implique que l’on soutient des bandes terroristes reconnues comme telles par le monde civilisé. Etre contre Israël, c’est être pour les forces obscurantistes, celles qui torturent les hommes, violent les femmes et transforment les enfants en torches, celles qui sévissent au Sahel, au Mali, au Niger, en Afghanistan, en Iran, en Arabie, au Qatar, en Irak, en Syrie, en Libye, au Liban, à Toulouse, à Bruxelles, à Londres, à Madrid et à New York.

Dominique de Villepin, ex-Premier Ministre de France, condamne dans une tribune du « Figaro » les opérations israéliennes en Palestine. Il pense peut-être qu’en sacrifiant Israël aux islamo-fascistes la France pourrait obtenir en échange un capital de sympathie. Il n’a peut-être pas tort, parce que cela relève d’une vision politique à la de Gaulle selon laquelle il vaut mieux mettre ses principes en berne et lâcher Israël que d’antagoniser le monde arabe. C’est un procédé aussi vieux que le peuple juif lui-même que de faire diversion en transformant une trahison en exploit. Mais de ce pacte rien de bon n’est jamais sorti pour les masses arabes, qui n’ont jamais cessé de s’enfoncer dans un marasme spirituel et matériel, alors que leurs dirigeants n’ont jamais cessé de prospérer.

Si de Villepin pense que les israéliens ont tort de s’attaquer aux assassins du Hamas, alors comment expliquer l’engagement de la France en Afghanistan, qui a coûté la vie à des soldats français, en plus de 3 milliards d’Euros partis en fumée, le tout  pour riposter à un attentat perpétré le 11 septembre 2001 par des saoudiens à New York ?Comment justifier une opération à 6000 kilomètres de Paris, où 50 000 militaires français ont été appelés au fil d’une décennie pour faire la guerre aux talibans alors que ceux-ci n’avaient pas agressé la France ?Comparé à cela, a-t-on le droit de se demander pourquoi traquer les terroristes du Hamas qui à quelques mètres d’Israël tirent des roquettes sur tout ce qui ressemble à un Juif de l’autre côté de la frontière ?

Le docte de Villepin avance qu’« il n’y a pas en droit international de droit à la sécurité qui implique en retour un droit à l’occupation et encore moins un droit au massacre ». En ce qui concerne la première partie de la proposition, si elle est correcte, on ne voit pas sur quoi était fondée l’occupation de l’Allemagne nazie par la France en 1945. Les français ont dénazifié l’Allemagne, jugé les criminels de guerre et imposé des limitations au réarmement, normes  qui restent en vigueur à ce jour bien que l’Allemagne ne constitue plus un danger. Pour ce qui est du « droit au massacre » qu’évoque de Villepin, c’est précisément ce que s’est arrogé le monde arabe en réaction à la Résolution 181 de l’ONU qui proposait en 1947 de partager la Palestine en deux États, l’un juif et l’autre arabe. Plutôt que d’admettre qu’il y avait deux peuples aspirant à la souveraineté après la décolonisation, les Arabes palestiniens ont choisi de nier le droit à la vie aux Juifs palestiniens. Ce n’est qu’après avoir été défaits militairement que la Jordanie et l’Egypte ont fini par admettre qu’Israël était là pour rester, et que les Juifs avaient droit à un Etat.

La guerre que mène Israël depuis sa naissance est probablement la moins sale que le monde ait jamais connue, mais si on ne comprend pas qu’Israël ne fait jamais que pratiquer la légitime défense, on ne comprend rien. L’objectif explicite du Hamas, du Djihad islamique  et de leurs associés est de détruire Israël et de supprimer les Juifs qui y vivent. Quand en 2005 Israël a quitté Gaza et  démantelé ses colonies ce fut un ballon d’essai devant servir de modèle afin d’évaluer les chances d’une coexistence israélo-palestinienne pacifique. Après le départ du dernier israélien de Gaza il y eut exactement 13 jours de calme, après quoi les tirs de roquettes contre Israël reprirent de plus belle. Israël attendit néanmoins deux ans pour réagir au moyen d’un blocus, espérant que les nouveaux maîtres de Gaza auraient comme projet  le développement économique plutôt que le meurtre de Juifs. En 2007 le Hamas s’est emparé du pouvoir, a décapité les factions rivales, mis la démocratie hors-la-loi et instauré un Etat islamiste avec pour objectif de conquérir Israël et d’instaurer un Califat sur la Palestine historique. Pour ce faire les tueurs du Hamas n’eurent de cesse que de pilonner  Israël  en jurant de ne s’arrêter que le jour où les Juifs  seraient éliminés. Comme les milices du Hamas estiment avoir l’aval de Dieu ils s’arrogent le droit de sacrifier la population de Gaza et de semer  la désolation au sein de leur propre peuple, sur leur propre terre, où ne se vit  pourtant pas un seul Juif.

Le processus de paix entre Israël et l’Autorité Palestinienne a été systématiquement torpillé par Arafat et son successeur malgré les offres de tous les gouvernements israéliens qui se sont succédés depuis les accords d’Oslo. Mais quand bien même il se trouverait un jour des dirigeants palestiniens pour faire preuve d’une véritable volonté d’aboutir à un arrangement, ce serait une erreur que de croire que cela changerait quoi que ce soit aux ambitions des islamistes de la région, pour lesquels une démocratie palestinienne vivant en bonne entente avec Israël serait une négation de leur raison d’être.

Difficile de savoir si la campagne militaire à Gaza aura amélioré la sécurité des israéliens. La lutte contre le terrorisme est un combat de longue haleine, or celui que mène Israël n’est que l’aspect régional d’un problème planétaire. Ce qui est sûr, c’est que cet épisode aura au moins eu comme effet que dans chaque ville, chaque village et chaque foyer israélien, quelle que soit sa sensibilité politique ou religieuse,  un immense élan de solidarité aura animé ce peuple tout au long de l’épreuve, et renforcé le consensus sur l’essentiel.

 

Edwy Plenel et sa lettre au Président

Le Président François Hollande a fermement condamné les agressions contre Israël,  et a  assuré le Premier Ministre israélien de sa solidarité. Il a également affirmé qu’il appartenait au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces. Edwy Plenel, journaliste et Directeur de Publication du site d’information  Médiapart, a publié un article pour s’élever contre la prise de position de François Hollande, assez exceptionnelle il faut le dire pour qui connaît la politique pro-arabe de la France inaugurée par de Gaulle en 1967. Edwy Plenel s’en prend à François Hollande, mais aussi à Israël. Le texte ci-dessous est donc adressé à Edwy Plenel afin d’attirer son attention sur les nombreuses erreurs d’appréciation concernant Israël qu’il commet dans sa lettre ouverte au Président:

Monsieur Edwy Plenel,

Avoir une politique équilibrée face au conflit israélo-palestinien ne peut consister, sous aucun prétexte, à soutenir une organisation terroriste. Or manifester contre Israël en ces heures sombres revient de fait à soutenir le Hamas et ses associés.

Israël est une démocratie où sévit une extrême-droite radicale, mais celle-ci est, tout comme en France, marginale, et n’est en tout cas pas au pouvoir.

La stigmatisation des Arabes en Israël est le fait de groupuscules insignifiants, et sans commune mesure avec l’antisémitisme d’Etat qui sévit dans le monde arabo-musulman. L’Autorité Palestinienne en particulier fait la promotion de l’antisémitisme dans les écoles et à la télévision, où les juifs sont vilipendés dans le plus pur style de la propagande nazie.

La proportionnalité dans la lutte contre le terrorisme n’obéit pas aux mêmes critères que les conflits conventionnels, que ce soit en Israël ou ailleurs. Quand l’assassin Mohammed Merah fut traqué dans la région de Toulouse, les autorités françaises mobilisèrent des centaines d’hommes armés jusqu’aux dents afin de trouver et de neutraliser ce seul criminel. En Israël il s’agit pour la nation entière de se défendre contre les islamistes qui ont vocation à casser du Juif n’importe où, dans n’importe quelles circonstances et sous n’importe quel prétexte. Cette obsession date de bien avant l’occupation de la Cisjordanie, et même d’avant la création de l’Etat d’Israël lui-même, quand le Mufti de Jérusalem fraternisait avec Hitler. Compter sur l’avènement d’un Etat palestinien pour mettre fin à la rage anti-juive au Moyen-Orient est un risque qu’aucun gouvernement israélien ne peut se permettre de prendre.

Renvoyer dos-à-dos le Likoud et le Hamas est une aberration. Le Hamas a pour programme explicite la liquidation pure et simple de l’Etat d’Israël par tous les moyens, à commencer par les plus barbares. Le Likoud quant à lui est un parti démocratique et donc respectable, que l’on partage ses idées ou pas. C’est une formation politique en tous points comparable à la droite républicaine incarnée par l’UMP en France. Le Likoud est ce parti qui sous la conduite de Menahem Begin, prix Nobel de la Paix,  a mis fin à la guerre avec l’Egypte en restituant la péninsule du Sinaï, ses puits de pétrole et son potentiel touristique.

Le Likoud est aussi ce parti qui a parié sur la paix en 2005 en mettant fin à l’occupation de Gaza.  Au cours de réunions bilatérales précédant l’évacuation, des responsables palestiniens avaient affirmé qu’on verrait enfin « de quoi ils étaient capables ». Ils avaient assuré que Gaza s’avèrerait un « miracle économique », un « Singapour du Moyen Orient », un cas d’école. Pour illustrer cette vision, des projets furent évoqués: réseau routier, port en eau profonde, centrale électrique, système d’égouts, aéroport, hôtels de tourisme, toutes ambitions que les places financières ne manqueraient pas de soutenir. On connaît la suite : le Hamas s’empare de Gaza, asservit sa population, instaure une dictature et consacre des fortunes à la fabrication de roquettes et au creusement de tunnels à seule fin de tuer des Juifs de l’autre côté de la frontière.

La Jordanie a annexé la Cisjordanie en 1950 sans la moindre intention d’y favoriser l’émergence d’un Etat palestinien. C’est à partir de ce territoire usurpé que les troupes jordaniennes ont attaqué Israël en 1967 pour tenter de s’emparer de Tel-Aviv  et du reste d’Israël, jeter les Juifs à la mer et étendre le Royaume de Jordanie à la totalité de la Palestine historique. C’est cela, et uniquement cela qui eut pour conséquence l’occupation de la Cisjordanie par Israël.

L’antisionisme est une transgression morale au même titre que l’antisémitisme. Etre antisioniste, c’est désavouer le mouvement de libération du peuple juif. Etre antisioniste, c’est lui contester le droit de disposer de lui-même. Etre antisioniste ce n’est pas critiquer tel ou tel aspect de la politique israélienne, mais c’est dénier à Israël le droit même à la vie. Etre antisioniste c’est s’associer aux filiales terroristes de l’Iran installées aux frontières d’Israël et qui œuvrent sa destruction.

Il y a une douzaine d’années le distingué sociologue et philosophe Edgar Morin fut  poursuivi pour antisémitisme après avoir cosigné avec deux autres intellectuels un article incendiaire contre Israël. Après quatre ans de procédure Il a fini par être mis hors de cause par une Cour de Cassation, mais ce qu’il faut retenir c’est qu’au fil de cette saga juridique  la Cour d’Appel de Versailles l’avait bel et bien condamné pour « diffamation raciale et apologie des actes de terrorisme ». On a le droit de s’interroger sur le point de savoir lesquels des magistrats de la Cour d’Appel ou de la Cour de Cassation ont vu juste.

Stéphane Hessel était un obscur diplomate à la pensée indigente qui serrait la main des dirigeants  du Hamas et qui trouvait que l’occupation de la France par les nazis était moins cruelle que celle de la Cisjordanie.  Il pensait par ailleurs que Gaza devait être le principal sujet d’indignation au monde, comme si les massacres en Syrie, en Iraq, au Darfour ou ailleurs n’étaient que de négligeables échauffourées.

Quant aux vociférations antisémites entendues lors de récentes manifestations anti-Israël en France, il n’est pas inutile de rappeler la conclusion des « Réflexions sur la Question Juive » de Sartre, à savoir que « pas un français ne sera en sécurité tant qu’un juif, en France et dans le monde entier, pourra craindre pour sa vie. »