Israël entre à l’OCDE

Il y a eu cette semaine un évènement d’importance majeure en Israël. Cela a fait peu de bruit, mais constitue néanmoins une dimension historique.

Après de longs et laborieux débats, Israël fait enfin partie de l’OCDE. Plusieurs pays membres y faisaient obstruction, mais ils n’ont finalement pu que s’incliner devant les faits.

Il y aura des répercussions économiques favorables pour Israël, mais cette nouvelle envoie aussi un signal fort au monde entier. L’accession d’Israël à l’OCDE, c’est la reconnaissance que ce pays aride, sans ressources naturelles, construit par des pionniers famélique mais déterminés, est sorti du sous-développement pour se joindre aux pays développés, ceci sur base de rigoureux critères économiques, politiques, sociaux et éthiques.

Israël et ses quelque sept millions d’habitants constituent une aujourd’hui démocratie moderne et prospère après avoir déjoué toutes les tentatives de liquidation, de délégitimation et de désinformation tout au long de ses 62 ans d’existence. C’est l’aboutissement de l’improbable rêve sioniste suite au vote de l’ONU de 1947 appelant à deux États pour deux peuples en Palestine.

Malgré l’anéantissement presque total du judaïsme européen au cours de la Deuxième Guerre mondiale, les foyers spirituels, culturels et scientifiques juifs se sont reconstitués en Israël. Aujourd’hui, les universités israéliennes sont à la pointe dans les disciplines les plus diverses, de l’irrigation à la médecine, de l’éducation à l’informatique, de la nanotechnologie à la recherche spatiale, de l’archéologie à la physique nucléaire, de la littérature comparée à l’histoire de l’Art.

Conformément à la tradition juive qui est de partager le savoir, cette formidable vitalité est un facteur de progrès non seulement pour Israël, mais pour le monde entier.

C’est un grand jour. C’est une victoire sans larmes ni sang, et qui pourrait profiter à l’ensemble du Moyen-Orient.

Nationaliser le système bancaire (sans point d’interrogation)

L’activité bancaire devrait relever du service public, même au prix de perdre de son efficacité. Il y a quelques décennies, le téléphone, l’électricité, le gaz, la radio, la télévision, les compagnies aériennes et d’autres services appartenaient au service public. On n’était pas dans une économie étatisé pour autant. Plus tard on a fini par trouver qu’il fallait ouvrir ces activités au secteur privé en invoquant le principe de la concurrence, censée profiter au consommateur. Aux États-Unis les chemins de fer, les prisons, et même une partie de l’armée sont privatisés. Cela a pour résultat que les trains ne desservent que des routes rentables, que les prisons aspirent à un maximum d’embastillés, et que les mercenaires veulent un maximum de guerres. En Israël la Knesset a récemment torpillé de justesse un programme de prison privée, et c’est très bien ainsi. Je ne suis pas convaincu qu’il faille tout livrer à la concurrence dans un souci d’efficacité, sans quoi l’Etat ne servirait plus à rien. Pour revenir aux banques, je pense que la course à l’efficacité, contrairement à d’autres secteurs de l’entreprise, nuit à l’économie au lieu de l’aider, les profits qu’elles engrangent ne profitant pas à la collectivité.

Je pense que chacun est libre de risquer son argent, ce qui implique aussi que quand on s’en remet à des tiers il est du devoir de ces tiers d’informer leurs mandataires des risques qu’ils encourent. Mais le problème que je soulève concernant le système bancaire n’est pas celui de la fraude ni de l’abus de confiance, qui, cela va de soi, doivent être sanctionnés. Il s’agit de quelque chose de plus fondamental, qui fait que même quand les banques pratiquent la transparence, sont de bonne foi et s’entourent de précautions, le simple fait qu’il y ait des flux colossaux d’argent qui passent par leurs canaux entraîne qu’ils prélèvent une dîme qui à mon avis ne leur revient dans aucun cas de figure, parce l’État ne peut pas les laisser à leur sort, sauf exception (Lehmann Brothers, mais ce fut catastrophique).

Pour illustrer mon propos, il suffit de penser au Lotto. Il y aura toujours des gens pour y jouer, et il n’y a rien de mal à cela. Mais cela DOIT fonctionner comme une caisse appartenant à la collectivité. Il est anormal et immoral que le secteur privé en bénéficie. C’est pour cela que dans beaucoup de pays les Casinos sont interdits, et que dans ceux où ils sont autorisés c’est l’État qui prend la part du lion. Dans le même ordre d’idée, c’est dans ce sens-là que je pense que les banques ne méritent JAMAIS les bénéfices qu’ils font en pariant sur l’économie. Le système bancaire doit donc à mon avis être l’affaire de l’État parce que ce sont des entreprises qui jouissent d’un privilège régalien que rien ne justifie.

Le sionisme est un humanisme

Une partie importante du monde arabo-musulman aspire à la destruction de l’Etat d’Israël en tant que tel, et non pas à la rectification de ses frontières. Pourtant l’Etat d’Israël est reconnu par la communauté internationale comme une démocratie moderne dont la légitimité relève du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Le sionisme a permis aux juifs, que ce soit  sous domination turque ou britannique, l’édification d’un pays magnifique sur des terroirs ingrats ou des régions domaniales à l’abandon, ou encore achetées au prix fort à des propriétaires indifférents. Aucune de ces terres ne furent jamais prises par la force. Aucune armée ne vint jamais les conquérir. La sécurité sociale, les syndicats ouvriers, le système de transport, la police, l’université, la langue hébraïque, l’agriculture, le système politique, la culture, tout cela était vivant et bien en place dès le début du vingtième siècle.

Le monde arabe s’est opposé au vote de l’ONU de 1947 qui recommandait le départ de l’occupant britannique et le partage de la Palestine en deux Etats souverains, l’un juif et l’autre arabe. Il est tragique que les arabes de Palestine n’aient pas su mettre à profit le départ des britanniques pour créer un Etat moderne, prospère et démocratique comme Israël.

Le conflit israélo-arabe n’a jamais été un problème territorial, mais est la conséquence de la négation arabe de l’autre, le prochain, le voisin, le juif. La Nakba ne commémore pas la création de l’Etat d’Israël du 14 mai 1948, mais bien l’attaque concertée du lendemain – le 15 mai 1948 – avec pour objectif de  liquider Israël au lieu de vivre en paix à ses côtés.

Le monde arabo-musulman s’est embarqué dès 1948 dans une aventure épouvantable pour chasser les juifs de Palestine. Ce fut la première guerre israélo-arabe. La rhétorique belliciste des deux camps fit fuir des centaines de milliers de palestiniens en attendant qu’Israël fût liquidé. Les nations arabes du Moyen-Orient et de la méditerranée expulsèrent, spolièrent et contraignirent à l’exil près d’un million de juifs qui y étaient depuis des temps immémoriaux, souvent avant les arabes eux-mêmes. Ces juifs victimes d’un nettoyage ethnique refirent leur vie ailleurs, mais les centaines de milliers de réfugiés palestiniens devinrent au fil des générations des millions d’apatrides qu’aucun pays ne voulut jamais intégrer. Soixante-deux ans se sont écoulés depuis, mais on en est toujours là.

L’Organisation de la Libération de la Palestine fut créée en 1964, à une époque où la Cisjordanie et Gaza étaient sous contrôle jordanien et égyptien. Au lieu d’y proposer la souveraineté aux habitants et de leur permettre de créer un Etat palestinien, l’Egypte, la Jordanie et la Syrie, soutenus par l’ensemble du monde arabe, attaquèrent Israël sur toutes ses frontières en 1967 en vociférant qu’ils jetteraient les juifs à la mer. Ce fut la Guerre des Six-Jours. Les troupes israéliennes repoussèrent l’offensive de manière tellement radicale que dans leur élan ils investirent la Cisjordanie, Gaza, le Golan et le Sinaï. Ensuite ce fut les tristement fameux « NON » de Khartoum : NON à l’existence d’Israël, NON à la paix, NON à la négociation.

Pourtant la déclaration d’indépendance d’Israël de 1948 disait: « Nous tendons la main de l’amitié, de la paix et du bon voisinage à tous les Etats qui nous entourent et à leurs peuples. Nous les invitons à coopérer avec la nation juive indépendante pour le bien commun de tous. L’Etat d’Israël est prêt à contribuer au progrès de l’ensemble du Moyen Orient. »

Nationaliser les banques ?

Les banques font leur métier en permettant aux acteurs du commerce et de l’industrie de se couvrir contre les fluctuations du marché. Il y d’une part ceux qui désirent prévenir certains risques, et d’autre part ceux qui veulent bien prendre ces mêmes risques moyennant un prix fixé par l’offre et la demande. Ce mécanisme est indispensable au bon fonctionnement de l’économie, parce qu’il permet de faire circuler des liquidités plus rapidement que s’il fallait attendre les échanges physiques de marchandises ou de services.

Le problème que cela pose est que la dîme prélevée par les institutions financières  ne peut ni être contrôlée ni moralisée, parce que le système est aveugle, obéit à sa propre logique, et cherche à atteindre à la plus grande efficacité sans que personne y soit pour quelque chose. Ces bénéfices sont générés dans tous les cas de figure, que le marché baisse ou monte, parce qu’à toute perte il y à contrepartie positive.

Au fil d’une crise financière majeure qui a secoué le monde entier, il a suffit d’un coup de pouce sous la forme de crédits d’urgence ouvert par la Banque Centrale américaine pour que les grands financiers de Wall Street  renouent avec une profitabilité plus grande que jamais, ceci alors que l’économie globale peine à se ressaisir.

Ce processus est inhérent au système, et n’a pas grand-chose à voir avec de la fraude. Faute de pouvoir le réguler il me semble que les banques dont c’est le métier de parier sur l’activité économique devraient être nationalisées. Ainsi le produit de ces paris tomberaient dans les caisses de l’Etat et pourraient venir au secours du commerce été de l’industrie le cas échéant.

J’ignore si ce point de vue est réaliste, mais laisser le système bancaire engranger des bénéfices monstrueux tout en risquant l’argent de la collectivité ne me paraît pas acceptable du point de vue même du libéralisme. S’il est vrai  chacun doit est libre de parier avec son propre argent, il est déraisonnable que certains aient le privilège de le faire avec l’argent des épargnants et celui de l’Etat tout en ne prenant qu’un risque à sens unique, consistant à empocher le profit quand il existe, et à être renfloué quand la mise est perdue, le tout sans jamais y aller de sa poche. C’est ce cercle vicieux  qui abouti à ce que les grandes banques d’affaires gagnent souvent et ne perdent jamais, puisque qu’elles ne font jamais que perdre l’argent des autres. Ce procédé semble plus proche de celui de la Nomenklatura ex-soviétique que du capitalisme bien compris.

Le Talmud et la peine de mort

La Thora dit « Tu ne tueras point », mais dit aussi qu’il y a des cas où il est permis de tuer. C’est ainsi que Moïse, voyant un soldat égyptien sur le point de frapper à mort un esclave, intervient pour terrasser le soldat et sauve la vie de l’esclave.

Dans un ordre d’idée inverse, bien que la peine de mort existe, le Talmud impose des conditions extrêmes pour la prononcer et n’accorde cette autorité qu’à des juridictions obéissant à des règles strictes. Les conditions qui doivent être remplies sont ainsi faites qu’en pratique aucun tribunal ne saurait être en mesure de la prononcer. Dans le traité « Sanhedrin » du Talmud il est écrit que pour le constat valide d’un meurtre il faut au moins deux témoins. Ceux-ci doivent avoir l’occasion de dissuader par la parole le meurtrier potentiel. Celui-ci doit répondre de manière explicite et audible qu’il persiste dans son intention de tuer, sans quoi on peut supposer qu’il n’a pas entendu que les témoins essayaient de le dissuader. On ne peut donc pas savoir s’il aurait changé d’avis en entendant leurs injonctions.

Lors d’un premier débat sur le sujet, le Talmud met en garde les magistrats en estimant qu’un tribunal qui prononcerait une peine de mort tous les sept ans serait considéré comme brutal. Plus loin, deux sages renforcent cette idée en estimant que même un tribunal qui ne prononcerait la peine de mort que tous les soixante-dix ans devrait être considéré comme brutal. Le dernier mot est à Rabbi Akiva, figure suprême du Talmud, qui conclut en disant que si un jour le peuple juif devait reconstituer son appareil judiciaire, la peine de mort ne devrait jamais être prononcée.

L’approche du Talmud l’emporte peut-être en sagesse sur l’idée de l’abolition pure et simple de la peine de mort. En effet, si le Talmud refuse d’en abolir le principe, la Halakha (Loi juive) impose qu’il ne convient de ne la mettre en pratique que dans des cas rarissimes et extrêmes. Le droit israélien ne repose pas sur la Halakha, mais il est frappant de constater que l’exécution d’Eichmann a reflété ce point de vue en n’appliquant la peine de mort que dans des circonstances tout-à-fait exceptionnelles.

Négociations préalables aux négociations

On peut trouver qu’Israël devrait être plus accommodant avec les nouvelles exigences américaines parce que c’est notre principal allié et que la sécurité d’Israël repose, au moins partiellement, sur cette alliance.

On peut trouver qu’Israël devrait être plus accommodant avec les nouvelles exigences américaines parce que c’est le principal allié et que la sécurité d’Israël repose, au moins partiellement, sur cette alliance. Il se peut qu’un gouvernement israélien qui serait plus sensible à cet argument aurait droit à un meilleur traitement de la part des américains,  mais cela ne fait que déplacer le problème. La vraie question est de savoir si la stratégie que propose Obama a des chances d’être payante. En d’autres mots, de savoir ce qui changerait sur le fond.

En attendant on ne voit pas quel gouvernement israélien pourrait accepter de faire des concessions majeures avec comme unique contrepartie l’ouverture de négociations. Il semble que ce serait faire les choses à l’envers. Après tout, si on trouve légitime de poser des conditions préalables à la négociation, Israël pourrait exiger de l’Autorité palestinienne, avant même de s’asseoir à table, de renoncer au droit de retour des réfugiés, à Jérusalem, au retour des frontières de 1967 et de reprendre le contrôle de Gaza.

On reproche aux israéliens d’avoir violé des dispositions de la « Feuille de Route ». Mais le fait que la moitié de la future Palestine (Gaza) est ouvertement opposée à l’existence d’Israël et dénonce à l’avance tout accord entre Israël et l’Autorité palestinienne, n’est ce pas aussi une violation de la feuille de route ?  Pourtant Israël ne s’en sert pas pour refuser de négocier.

Quand les palestiniens et leurs alliés voudront vraiment faire la paix cela se saura. Au moment où Sadate a atterri à Jérusalem en novembre 1977, et avant même qu’il eût prononcé un seul mot, tout le monde savait qu’Israël allait restituer le Sinaï et que l’Egypte signerait un traité de paix. C’est cela qu’il faut aujourd’hui à Israël. Rien  de moins.

Le discours que Mahmoud Abbas n’a pas prononcé pour le 60e anniversaire de la Nakba

Je suis le Président de l’Autorité Palestinienne. Je suis né en Palestine en 1935, à Safed.  J’ai aujourd’hui le devoir de vous dire qu’après avoir vainement lutté contre les juifs pendant plus de soixante ans, j’ai changé d’avis. Frères palestiniens, laissez-moi vous raconter comment ça s’est passé.

J’ai passionnément combattu le droit des juifs à se constituer en tant que nation en Palestine. Je me suis opposé au vote de l’ONU de 1947 annonçant le partage en deux Etats, l’un juif et l’autre arabe. Je sais aujourd’hui que la Nakba fut une catastrophe pour tout le monde. Mes frères d’armes et moi-même sommes coupables d’avoir inondé la région d’une mer de sang et de larmes en refusant de vivre en paix avec le voisin juif. Sachez, frères palestiniens, que la Nakba ne commémore pas la création de l’Etat d’Israël le 14 mai 1948, mais bien l’attaque concertée du lendemain – le 15 mai 1948 – des armées arabes avec objectif de l’éliminer au lieu de vivre en paix à ses côtés.

Aujourd’hui encore, une partie importante du monde arabo-musulman souhaite la destruction de l’Etat d’Israël en tant que tel et non pas la rectification de ses frontières. Je reconnais pour ma part que j’ai fait fausse route, et que le conflit israélo-arabe n’a jamais été un problème territorial, mais bien la conséquence de la négation de l’autre, le prochain, le juif. Frères palestiniens, sachez que l’Etat d’Israël est une héritière des Lumières, une démocratie moderne qui adhère à l’esprit et à la lettre de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Sa légitimité en tant qu’Etat juif relève du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Tout au long de l’Exil les juifs sont venus en Palestine par vagues pour aboutir au sionisme moderne il y un siècle et demi. Ces pionniers admirables ont construit à mains nues un pays magnifique sur des terroirs ingrats ou des régions domaniales laissées à l’abandon, ou encore achetées au prix fort à des propriétaires lointains et indifférents. Aucune de ces terres ne furent jamais prises par la force. Aucune armée ne vint jamais les conquérir. Bien avant la Deuxième Guerre Mondiale les juifs avaient édifié les bases de leur Etat. Leur sécurité sociale, leurs syndicats ouvriers, leur système de transport, leur police, leurs universités, leur langue, leur agriculture, leur système politique, leur littérature, leur culture, tout cela était vivant et bien en marche dès les années 1920. Je reconnais aujourd’hui que les juifs ont autant que nous, palestiniens, le droit d’avoir leur Etat dans cette région, ceci à la fois au nom du passé lointain et du passé récent. Je regrette amèrement que nous n’ayons pas nous aussi su saisir l’occasion de créer un Etat moderne, prospère et démocratique en lieu et place de la Nakba.

Au lieu de cela nous et nos alliés arabes avons refusé la solution du partage, et nous sommes embarqués dans une aventure épouvantable avec le rêve fou de chasser les juifs de Palestine, en oubliant qu’eux aussi étaient chez eux. La rhétorique belliciste des deux camps a poussé en 1948 des centaines de milliers de palestiniens à fuir en attendant qu’Israël fût liquidé. Simultanément les pays arabes expulsèrent, spolièrent et contraignirent à l’exil près d’un millions de juifs. Ces juifs victimes d’un nettoyage ethnique massif refirent leur vie ailleurs, mais les centaines de milliers de victimes palestiniennes de la première guerre israélo-arabe de 1948 devinrent au fil des générations des millions d’apatrides qu’aucun pays ne voulut jamais intégrer. Soixante ans se sont écoulés depuis, mais on en est toujours là.

J’ai œuvré sans relâche pour la destruction d’Israël, et même rédigé une thèse mensongère concernant le sionisme. Je fus parmi les fondateurs du Fatah en 1959 et de l’Organisation de la Libération de la Palestine en 1964, à une époque où il n’y avait pas de territoires occupés. La Cisjordanie et Gaza étaient alors contrôlés par la Jordanie et l’Egypte. Au lieu d’y proposer aux palestiniens la souveraineté, l’Egypte, la Jordanie et la Syrie, soutenus par l’ensemble du monde arabe, attaquèrent Israël sur toutes ses frontières en 1967 en vociférant qu’ils jetteraient les juifs à la mer. Ce fut la Guerre des Six-Jours. Les troupes israéliennes repoussèrent l’offensive arabe de manière tellement radicale que dans leur élan ils investirent la Cisjordanie, Gaza, le Golan et le Sinaï. Ensuite ce fut les tristement fameux « NON » de Khartoum : NON à l’existence d’Israël, NON à la paix, NON à la négociation. Depuis lors, chaque fois qu’un Etat arabe a sincèrement désiré mettre un terme au conflit, Israël a réglé les contentieux territoriaux, retiré ses troupes et signé des traités de paix.

Je désire aujourd’hui emboîter le pas à Sadate d’Egypte et à Hussein de Jordanie, et conclure une paix sans ambigüité. Mais pour qu’une paix juste soit possible, la signature d’un traité ne suffira pas. Il nous faudra aussi mettre en place un processus de réconciliation. Je m’adresse à vous, peuple israélien. Je voudrais vous présenter mes excuses ainsi que celles des factions palestiniennes et de l’ensemble du monde arabo-musulman pour les souffrances que nous avons été amenés à vous infliger tout au long de ce siècle douloureux pour nos deux peuples. Pour avoir contribué à chasser vos parents et grands-parents du Moyen-Orient et du Maghreb au nom de notre rejet injustifié de l’Etat d’Israël, je vous exprime nos regrets. Pour avoir refusé à des centaines de milliers d’entre eux d’y revenir, pour avoir spolié et chassé des communautés juives depuis des temps immémoriaux. Je vous demande pardon. Pour avoir exercé des politiques discriminatoires à l’égard de la population juive dans toutes les terres d’Islam, je demande pardon. Pour avoir persécuté les juifs et autres minorités religieuses ou ethniques qui préexistaient l’arabisation du Moyen-Orient, je demande pardon.

Dans ce processus de réconciliation il sera important que les voix de toutes celles et de tous ceux qui ont souffert soient entendues, y compris les voix de mes frères palestiniens qui ont perdu des proches, innocentes victimes collatérales des armées régulières et du terrorisme, et aussi de l’aveuglement de leurs leaders qui n’ont pas eu la prescience de créer l’Etat palestinien dès 1948. Je sais que tout ce que je dis aujourd’hui ne pourra calmer la douleur de celles et ceux qui ont souffert, mais c’est à partir de là que pourront se construire des ponts entre nos peuples, que pourra se tourner la page d’un passé douloureux et qu’ensemble, nous écrirons un nouveau chapitre dans l’histoire de cette région afin d’offrir enfin à nos enfants et à nos petits-enfants la possibilité de vivre dans la paix et le respect mutuel.

Nous autres, frères palestiniens, devons maintenant réaliser avec le peuple juif la vision prophétique contenue dans la déclaration d’’indépendace de l’Etat d’Israël, qui dit: « Nous tendons la main de l’amitié, de la paix et du bon voisinage à tous les Etats qui nous entourent et à leurs peuples. Nous les invitons à coopérer avec la nation juive indépendante pour le bien commun de tous. L’Etat d’Israël est prêt à contribuer au progrès de l’ensemble du Moyen Orient. »

Critique de “Lévy oblige”, de Thierry Lévy

Thierry Lévy se demande dans quel sens il est juif, et il y répond pour se défendre d’un à-priori que son nom pourrait susciter. Afin d’écarter toute ambiguïté il précise qu’il « ne pratique aucune religion, ne respecte aucune tradition, ne fait partie d’aucun groupe, d’aucune coterie, d’aucun réseau ». Il n’autorise donc personne à parler à sa place et refuse l’embrigadement. Finalement il ressort que l’auteur  se considère comme juif uniquement dans le regard de l’autre. Il eût donc été « déportable » sous Vichy en dépit de son propre regard sur lui-même, et de son absence totale de références à la tradition juive. C’est l’optique sartrienne, dont il dit qu’elle eut un effet bienfaisant le jour où il la découvrit. Mais  c’est une  définition par défaut, comme si on ne pouvait être juif sans que le regard de l’autre nous l’apprît. Cette définition ne me concerne pas  parce qu’elle  fait l’impasse sur la réalité d’un peuple qui a des valeurs, un système de pensée, un héritage religieux et une vision du monde qu’il perpétue depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours avec une stupéfiante vitalité.

Thierry Lévy se croit obligé de se justifier d’être en dehors du judaïsme en critiquant ceux qui sont en dedans.  Il a ses idées sur le communautarisme, l’identité, la nation, la vie en société et bien d’autres choses encore. Ce ne sont pas les miennes, mais alors que je respecte sa différence, lui pense légitime de stigmatiser la double allégeance de ses concitoyens juifs, d’attaquer l’Etat d’Israël  et l’unicité de la Shoah afin de donner de la consistance à sa posture.

« Lévy oblige »  est un ouvrage clair, bien écrit et soigneusement documenté, mais c’est l’histoire de son auteur, pas la mienne ni celle des quinze millions de membres des communautés juives à travers le monde, dont six millions en Israël dont il ne partage ni la langue, ni les références ni la sensibilité. Je peux le comprendre dans une certaine mesure parce qu’à sa place, descendant d’une famille juive assimilée, convertie au catholicisme, se sentant « chez soi dans une église », je n’aurais probablement pas non plus eu la science infuse pour savoir comment fonctionne un juif « communautaire ». Reste qu’il a beau se défendre de ne pas être le Lévy que l’ont croit, ses thèses sur la disparition de l’antisémitisme sont épouvantables et glaçantes pour ceux qui se veulent porteurs du judaïsme et le vivent au quotidien.  Ses attaques contre Israël sont détestables et passent sur la judéophobie du monde comme si c’était un détail.

Thierry Levy va au-delà de son propos initial, qui est de se distancier d’une communauté à laquelle il lui arrive d’être associé malgré lui par son patronyme. Au lieu de s’en tenir à celà, il fait une attaque en règle de la communauté juive et fustige le « retour en force du conservatisme religieux », la « fièvre identitaire associée au repli communautaire » et la « la persistance de la guerre en Palestine ». Il pontifie avec une logique inflexible, aveugle et assassine, que tout les juifs devraient ressentir ces choses-là comme lui. Il est arrogant et méprisant envers une culture et une histoire dont il ignore à peu près tout malgré les miettes qu’il puise savamment dans des lectures ciblées pour la circonstance. Il prétend refuser de se laisser réduire à ses origines sous prétexte de conserver sa « complexité » plutôt que d’endosser le simplisme juif. Connaît-il, cités pêle-mêle,  Philon d’Alexandrie, Maimonide, Einstein, Freud, Kafka, Stefan Zweig, Arthur Koestler, Hannah Arendt, Heinrich Heine, Levinas, Gershwin, Benny Lévy, Disraeli, Walter Benjamin, Franz Rosenzweig,  Martin Buber, Spinoza ? Thierry Lévy est-il plus « complexe » qu’eux, qui se sentaient juifs avant de savoir s’ils l’étaient ou pas dans le regard des autres?

Il est vrai qu’un juif vivant aujourd’hui en Occident n’a pas à craindre les institutions ni les pouvoirs en place. La France est un Etat de droit, mais comment peut-on croire que c’est définitif au regard de l’Histoire, en France où ailleurs, alors qu’il y a encore des gens en vie qui ont connu le « Statut des Juifs », quand on trouvait en plein Paris des panneaux « interdit aux juifs et aux chiens»? Et comment oublier que, bien après la Shoah, L’Europe de l’Est, l’Union Soviétique et la plupart des pays arabes pratiquèrent un antisémitisme d’Etat dont on n’ose imaginer les effets si Israël n’avait été là pour accueillir des millions de juifs errants?

Si Israël disparaissait, les juifs pourraient se retrouver à la merci d’un racisme que rien n’arrête en temps de crise. Thierry Lévy croit-il comme Fukuyama, après Marx et Hegel, que l’Histoire est finie, que tout est dit sur la société humaine et qu’il n’y plus qu’à se laisser porter par la logique de la démocratie et de la modernité pour que tout aille pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Oublie-t-il que Voltaire fut un antisémite virulent ? Le Siècle des Lumières a permis l’émancipation des juifs, mais n’a en rien diminué l’antisémitisme. Au contraire: l’émancipation l’a renforcé, parce qu’en sortant des ghettos et  en devenant des citoyens à part entière, les juifs furent perçus comme des concurrents au plan intellectuel, politique, scientifique et économique.

Avancer qu’Israël n’a pas résolu la question juive parce que la guerre y sévit est inepte. C’est oublier que la France et ses voisins n’ont eu de cesse que de guerroyer tout au long de l’Histoire avant d’arriver à une pacification relative. Qui remet en question la légitimité de la France malgré les nombreuses zones d’ombres qui entourent ses frontières, en métropole comme dans les territoires d’outre-mer ? Pourquoi l’Etat d’Israël n’aurait-il les mêmes droits? Qui défendait les juifs avant l’Etat d’Israël ? Pour un seul Zola, combien de Maurras, combien de Drumont, combien de Brasillach, combien de Céline, combien de Laval?

Le fait que la France ne soit plus antisémite ne change rien à l’intemporalité de la question juive, dont la seule solution légitime, pragmatique, pratique, praticable, pratiquée et qui sans aucun doute possible a fait ses preuves, c’est l’Etat d’Israël. Il y a une extraordinaire cécité à ne pas voir que l’assurance relative des juifs en Diaspora s’adosse à l’Etat d’Israël. Comment ne pas comprendre que chaque antisémite, qu’il soit une personne, un groupement ou  un régime sait qu’aujourd’hui l’Etat d’Israël riposte à la judéophobie sans faillir, quel que soit l’endroit de la planète où elle se manifeste.

Quand le Conseil de l’Europe chercha un maestro pour adapter « l’Ode à la Joie » en hymne européen il  ne trouva rien de mieux que de confier la tâche à Von Karajan, immense musicien mais ancien membre du parti nazi pour chanter la fraternité humaine.

Les nazis ont aujourd’hui pratiquement disparu, mais d’autres fascistes promettent à leur tour d’éliminer ceux qui s’opposent à leur vision du monde. On peut penser dans notre vieille Europe que ce fléau n’est qu’un mauvais rêve, que cela passera comme une mauvaise grippe. On peut le penser. Mais les juifs en Israël sous le feu des missiles n’ont que faire de ce que pense l’Europe, cette Europe judéophobe dont le sol n’est pas encore sec du sang juif versé dans l’indifférence la plus totale, toutes nations confondues. L’Europe et ses penchants criminels, comme dit Jean-Claude Milner dans son essai sur l’Europe malade de ses juifs; l’Europe amnésique traînant sa gueule de bois après un vingtième siècle sinistre, l’Europe titubant dans les relents des improbables noces nazies et staliniennes, l’Europe avachie qui s’ébroue, attend, et remet tout à des lendemains qui forcément déchanteront ;  non, décidément non, cette Europe-là n’a pas de leçons à donner aux juifs.

La modernité n’a rien changé à l’antisémitisme. De l’Argentine à la Russie, du Danemark à l’Afrique du Sud, dans le monde entier les institutions juives sont le théâtre d’attentats antisémites de manière récurrente. L’idée que l’antisémitisme appartient au passé et serait dû à l’ignorance et  à l’obscurantisme est fausse. Heidegger, Céline, Luther, Erasme, Maurras, Balzac, Wagner Voltaire n’étaient ni ignorants ni obscurantistes.